AccueilActualités"La construction bois tire la filière vers le haut"

"La construction bois tire la filière vers le haut"

Le bois a le vent en poupe, dans la construction surtout. Plébiscité par le consommateur, et depuis quelques temps poussé par les gouvernements, favorisé cette année par la RE2020, le bois voit ses filières se structurer de mieux en mieux depuis quelques années. Portrait de Fibois Auvergne-Rhône-Alpes avec son président, Jean Gilbert.

Actualités Publié le ,

Combien d'emplois compte la filière bois ?

"Aujourd'hui, la filière compte environ 400 000 emplois en France. Il y en a eu jusqu'à 500 000 dans les années 1980-90, depuis les travaux forestiers jusqu'à la deuxième transformation. Avec la structuration des entreprises et l'automatisation de certaines tâches, l'arrivée de la radiocommande et de l'abatteuse qui remplace cinq à six bucherons, la filière a réalisé d'importants gains de productivité. Mais ces modernisations n'empêchent pas cette filière en pleine essor d'embaucher quotidiennement, à l'échelle nationale c'est plus 20.000 équivalents temps plein en deux ans.

Lorsque je suis arrivé dans les travaux forestiers dans les années 80, le métier comptait 48 000 salariés. En Auvergne-Rhône-Alpes, il reste près de 5000 emplois sur ce secteur environ aujourd'hui. On comptabilise 20 000 entreprises sur l'ensemble de la filière, correspondant à 63700 emplois."

Auvergne-Rhône-Alpes est donc une grosse région de bois, avec plus de 18% des emplois ?

"Oui, en France, 24 départements produisent 80 % du bois français. Auvergne-Rhône-Alpes compte 10 départements sur 12 parmi les plus gros producteurs."

Dans ce contexte, quelles sont les missions de Fibois Aura ?

"Fibois Aura est une interprofession qui réunit l'ensemble des acteurs du bois de la forêt à la deuxième transformation. L'objectif est de faire filière, c'est-à-dire de rassembler sur un territoire les producteurs de bois et les utilisateurs. Jusqu' ici, le bois produit dans nos régions n'était pas nécessairement utilisé en France.

Avec la filière, on a mis en réseau les acteurs pour que le bois soit transformé autant que possible sur nos territoires. En Auvergne-Rhône-Alpes, on produit beaucoup plus de bois que l'on en consomme, le reste part au maximum dans les autres régions françaises, le midi et l'ouest, qui sont moins bien pourvues."

La filière est donc très dynamique ?

Oui mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Il y a 20 000 entreprises en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 15 000 unipersonnelles, et seulement 600 adhérents à Fibois Auvergne-Rhône-Alpes, nous représentons 30 % des actifs de la filière. (...) La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?