AccueilActualitésLa construction individuelle à la peine

La construction individuelle à la peine

Les constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB) observent un décrochage du logement neuf en 2018, imputé essentiellement à la cessation des aides au logement, perçues comme un levier déclencheur de l'acte d'achat des ménages.
La construction individuelle à la peine
DR

Actualités Publié le ,

« Après deux années de croissance à deux chiffres (+13,3 % en 2015, puis +20,6 % en 2016) et une année de stabilisation (+1 % en 2017), le marché de la maison neuve en secteur diffus n'a pas résisté à la remise en cause brutale des aides au logement, notamment celles en faveur de l'accession à la propriété, et au fléchissement du moral des ménages. En dépit d'excellentes conditions de crédit, le ralentissement de la conjoncture a laissé place à la récession ». L'organisation professionnelle des constructeurs, LCA-FFB, fait cet amer constat.

En chiffres, les ventes brutes de maisons individuelles en secteur diffus ont dévissé en France de 11,3 % et de 15 % en moyenne en Auvergne-Rhône-Alpes. De novembre 2017 à novembre 2018, le marché a enchaîné treize mois consécutifs de recul des ventes et la baisse en glissement annuel n'a cessé de s'intensifier, de -2,1 % en janvier à -14,5 % en octobre. La progression des ventes (+9,9 %) constatée en décembre n'est que le fait du rattrapage sur le mois correspondant en 2017, qui avait connu un recul des ventes atteignant 20,9 %.

Même punition pour la maison individuelle en secteur groupé, qui connaît également « un exercice 2018 très délicat ». « À fin septembre 2018 (derniers chiffres disponibles), les ventes se sont affaissées de 12,9 % sur douze mois glissants, affirme LCA-FFB. Au 3e trimestre 2018, les réservations ont même chuté de 21,4 % et les mises en ventes, de 29,9 % (par rapport au 3e trimestre 2017). Malgré cet effondrement, en glissement annuel, le prix de vente moyen d'une maison neuve en lotissement (foncier compris) a progressé de 2,2 %, à 264 240 € ».

LCA-FFB impute ce trou d'air à la suppression de l'APL Accession, la réduction de moitié de la quotité du PTZ en zones B2 et C et la suppression du dispositif Pinel en zone B2.

Pour 2019, les constructeurs-aménageurs prévoient une relative stabilité du marché de la maison neuve en secteur diffus. Selon l‘organisation professionnelle, l'évolution des ventes devrait se situer entre -3 % et +3 %. Mais l'extinction annoncée du PTZ dans les zones B2 et C à compter du 1er janvier 2020 laisse augurer, si la mesure est maintenue, une année 2020 « de tous les dangers ».

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?