AccueilAinLa Fédération de l’Ain du bâtiment et des travaux publics reste optimiste

La Fédération de l’Ain du bâtiment et des travaux publics reste optimiste

Malgré les restes du Covid, la guerre en Ukraine, la pénurie de matières premières et surtout des marges toujours trop basses et une inflation bondissante, la filière relève le gant.
La Fédération de l’Ain du bâtiment et des travaux publics reste optimiste

Ain Publié le ,

Il va encore falloir compter longtemps sur le bâtiment et les travaux publics. En assemblée générale la semaine dernière au théâtre de Bourg-en-Bresse, leur fédération départementale a démontré son dynamisme et sa volonté d'en découdre. L'organisation professionnelle a multiplié les appels à la mobilisation tout en se montrant réaliste dans un environnement des plus troubles devant une salle comble et un auditoire attentif.

Pas simple en effet de se positionner quand on a espéré une période que le président Pierre Convert qualifie de « cinq glorieuses ». Il a bien fallu se faire une raison : "Les tensions sont plus fortes que jamais, a-t-il reconnu. La guerre en Ukraine a tout chamboulé. La croissance était sur la bonne voie. Il y avait des projets. Et finalement, la flambée des cours des matériaux, des prix de l'énergie, les salaires qui se sont envolés, des chantiers en panne, un recrutement toujours aussi difficile… On en est arrivé à vivre un parcours du combattant avec, à l'arrivée, des marges qui ne sont pas au niveau."

Un grand ministère de la construction

Un état des lieux des plus inquiétants confirmé tout au long de l'assemblée par les intervenants. Mais Pierre Convert n'en démord pas : "On s'adaptera toujours ! Ce n'est pas la première crise que les entreprises du BTP subissent. Déjà en 1974... Et c'était bien autre chose !" Selon lui, le bâtiment et les travaux publics ont, dans l'Ain comme ailleurs, des raisons d'espérer : "Il y a toujours de l'activité. Nos carnets de commandes sont à peu près remplis. Il faut garder l'espoir."

Cette volonté de ne pas tomber dans le catastrophisme a trouvé un écho favorable chez Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment, qui ne s'est pas gêné pour commenter l'actualité gouvernementale. A première vue, la nomination d'Elisabeth Borne à Matignon n'a pas grand-chose pour lui déplaire.

"Elle connait le BTP, a-t-il déclaré. Nous travaillons avec elle et depuis deux ans, elle nous sourit ! Parce le BTP pèse, avec ses 70 000 recrutements en un an, ses 80 000 alternants, ses actions dans les quartiers populaires. Avec elle, nous avançons. Et c'est une bosseuse ! La profession rêve d'un grand ministère de la construction que le BTP mérite car il pèse 10 % de notre PIB. Nous verrons en juin prochain."

Le BTP s’adaptera toujours

Avant d'ouvrir la table ronde avec Patrick Martin, président du groupe burgien Martin-Belaysoud et vice-président délégué du Medef national, Martine Tabouret, vice-présidente du Département, et François Turland, président du cabinet d'études Bastide-Bondoux, Pierre Convert a plaidé en faveur de la filière : "Les entreprises du BTP ne doivent pas être la variable d'ajustement dans un contexte inflationniste", a-t-il affirmé avant de réclamer des mesures comme "la possibilité de révision des marchés. Car c'en est fini des prix fixes. Il faut en convaincre les maîtres d'œuvre et d'ouvrage, les donneurs d'ordre".

Cette assemblée générale 2022, de retour après deux ans de crise sanitaire, a aussi imaginé ce que sera peut-être le BTP en 2035. La Fédération française du bâtiment s'est projetée en avançant cinq scénarios illustrés par un petit film de huit minutes, pas davantage, mais diablement efficace.

Que se passera-t-il en cas d'absence de concertation et de cohérence ? Et si la croissance faiblissait contrairement au prix des matériaux et aux taux d'intérêt ? Quel modèle de croissance ? Quid de l'artisanat, heureusement toujours prompt à s'adapter ? Et l'apport du numérique, la transition énergétique… Une profonde crise du logement changera-t-elle à terme la donne ? Autant de question qui chercheront des réponses au cours des prochaines années. Car comme le répète Pierre Convert, "le BTP fera avec, s’adaptera et retombera toujours sur ses pattes !"

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?