Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

La fromagerie de Saint-Denis-lès-Bourg rouvrira le 17 mars

le - - Ain

La fromagerie de Saint-Denis-lès-Bourg rouvrira le 17 mars
J.-M.P. - La date de la réouverture est prévue pour le 17 mars après 15 mois de chantier

Quinze mois de travaux et un investissement conséquent ont été nécessaires pour réaliser le nouveau bâtiment de vente et de production des célèbres fromages blancs en faisselles.

« Quinze mois de travaux… c'est long ! Heureusement, l'activité n'a jamais été arrêtée ». Yann Le Scouezec, directeur de la laiterie-fromagerie d'Etrez, connue pour son beurre et sa crème de Bresse AOP, se prépare à vivre l'une des dernières réunions de chantier de la nouvelle fromagerie de Saint-Denis-lès-Bourg, une véritable institution à Bourg-en-Bresse et dans ses environs. « Depuis le début de la déconstruction de l'ancien bâtiment et des opérations de terrassement, nous avons pu poursuivre la vente dans un mobil-home installé à proximité, sur le parking du magasin Gamm vert », poursuit-il avant d'annoncer la date de la réouverture du magasin pour le mardi 17 mars.

Les cinq employées de la fromagerie du rond-point de la Fruitière évolueront dans des installations flambant neuves. La question s'est posée un temps : fallait-il rénover ou reconstruire ? « Le bâtiment datait de la fin des années 1930, répond Yann Le Scouezec. Il était en très mauvais état et plus du tout aux normes sanitaires. Les architectes du cabinet KEA, à Polliat, qui nous connaissent bien pour être déjà intervenus sur Etrez, nous ont déconseillés de réhabiliter. Il y avait trop de niveaux différents et les fondations étaient défaillantes. Le risque était trop important. Le bâtiment aurait pu se partager en deux, et là… »

Un ensemble de 350 m2

Le nouveau magasin de 104 m2 sera suffisamment grand pour éviter les files d'attente à l'extérieur et pour mettre en avant des vins de producteurs. Un atelier de production de fromage blanc permettra le rapatriement de la totalité de la fabrication. Il y aura des salles frigo, un hâloir pour l'affinage des « Petits Saint-Denis » et un local pour la préparation des commandes. Soit, au total, une superficie de 250 m2. « Avec la boucherie-charcuterie qui ouvrira à côté et qui sera tenue par Pascal Ippoliti, déjà installé avenue Alsace-Lorraine et route de Pont-d'Ain, à Montagnat, nous monterons à 350 m2, précise le directeur. En extérieur, le camion pizza La Galette, également transféré sur le parking de Gamm vert, reprendra ses quartiers ».

À l'étage de la fromagerie, un logement a été prévu, occupé par l'une des salariées. « Nous avons pris exemple sur ce qui se fait dans les fruitières du Doubs et du Jura, explique Yann Le Scouezec. L'appartement est souvent occupé par le fromager. C'est un avantage d'avoir quelqu'un sur place, une forme de gardiennage. C'est une bonne façon de cumuler les avantages ».

Le stationnement autour de la fromagerie sera facilité par la création de trente places. Pour le moment, elles sont occupées par les véhicules des entreprises intervenant sur le chantier. « Nous avons mis un point d'honneur à ne solliciter que des professionnels du coin, insiste Yann Le Scouezec. Seul le charpentier, la société IRCM, est de l'Isère. Le froid, omniprésent, a été confié à Bresse Froid, de Bourg. Le gros œuvre à Juillard, de Jasseron, les aménagements extérieurs à Fontenat TP, l'électricité à l'agence burgienne de Pieraud. La plomberie à Nevoret, de Marboz ».

En 2019, la fromagerie a réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 M€ avec une moyenne de 200 clients par jour. Elle est l'un des éléments qui fait la force de la laiterie d'Etrez et de ses 59 exploitations produisant 39 millions de litres de lait. « Dans la grande région, nous distribuons nos beurres (700 tonnes) et crèmes (1,1 million de litre) AOP. Etrez, c'est aussi 1 000 tonnes de faisselles, 1 000 autres tonnes d'emmental au lait cru et 200 tonnes de yaourts aux fruits ». Le tout pour un chiffre d'affaires de 23 M€, en très forte progression (15 M€ en 2016). « Des nouveaux producteurs nous ont rejoints et le retour aux produits de qualité est une réalité », se félicite le directeur.




Jean-Marc PERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer