AccueilIsèreLa SDH prend à sa charge le surcoût sanitaire de ses chantiers de construction

La SDH prend à sa charge le surcoût sanitaire de ses chantiers de construction

L'objectif : permettre une reprise des chantiers existants, tout en veillant à la sécurité des intervenants. Cette prise en charge concerne l'ensemble de ses chantiers en cours dans le neuf.
La SDH prend à sa charge le surcoût sanitaire de ses chantiers de construction
© SDH - Le chantier Le Castel, à Sassenage

Isère Publié le ,

Patricia Dudonné, directrice générale de la Société dauphinoise pour l'habitat (SDH), estime « à 100 000 € par mois l'impact financier des nouvelles conditions sanitaires sécurisées auxquelles devront répondre les entreprises sur nos chantiers de construction en cours ». Un surcoût qui pourrait mettre en difficulté de nombreuses TPE-PME et entreprises du BTP, voire les conduire à licencier du personnel.

« Lors du confinement, 100 % de nos chantiers ont été mis à l'arrêt. Ça redémarre progressivement depuis le 20 avril. Le 22, nous avons pris la décision de prendre en charge le surcoût sanitaire, explique Philippe Fracchiolla, directeur marketing et gestion locative de la SDH. Nous allons chiffrer les dépenses en fonction de ce qui est préconisé par le guide de bonnes pratiques de l'OPPBTP. L'enveloppe a été évaluée par chantier et pour toute l'année en cours, sur une vingtaine de chantiers en construction. La dépense pourrait être comprise entre 700 000 € et 1 M€, mais nous ne pouvons pas encore savoir avec précision ».

Le bailleur contacte actuellement l'ensemble des entreprises concernées afin, espère-t-il, de relancer l'activité le plus rapidement possible. « Il en va de la responsabilité collective. On espère que cette mesure sera incitative et permettra au final de sauver des emplois et des entreprises ».

La SDH se concentre sur les chantiers en cours, car la commande publique est évidemment arrêtée - les élections municipales n'ayant pas pu aller à leur terme. L'impact sur les bailleurs sociaux se mesure aussi par le fait que les locataires sont souvent parmi les foyers les plus fragilisés par la crise du Covid-19. « Nous avons déjà pris des mesures pour les aider à passer le cap ».

Les récentes réformes avaient déjà poussé les bailleurs à se réorganiser et à piocher dans leurs réserves financières. Cette nouvelle crise est donc ressentie d'autant plus difficilement. « Concernant la SDH, nous ne sommes heureusement pas en péril. Mais nous ne sommes pas dans une situation confortable. Tout cela a pesé, et va peser encore ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?