AccueilActualitésLaurent Marmonier, Capeb Isère : "On commence à débaucher à la sortie des grandes écoles"

Laurent Marmonier, Capeb Isère : "On commence à débaucher à la sortie des grandes écoles"

Malgré un contexte compliqué, pour le président de la Capeb de l’Isère, l’artisanat du bâtiment reste attractif aujourd’hui.
Laurent Marmonier, président de la Capeb Isère.
Laurent Marmonier, président de la Capeb Isère.

Actualités Publié le ,

Quel état des lieux peut-on faire pour l’artisanat du bâtiment en Isère et plus globalement dans le pays ?

Depuis 1973 et le premier choc pétrolier, les courbes sont plutôt sinusoïdales dans le bâtiment. Et actuellement, nous sommes sur un rythme positif. On a même retrouvé le nombre de salariés d’avant 2008 et d’avant crise des subprimes. Cette main d’œuvre nouvelle vient pour partie de la restauration. Ce sont des gens qui ont fait le choix de changer de voie après le Covid. Ils ont pu trouver chez nous des conditions de travail plutôt bonnes, des salaires qui restent attractifs, une certaine stabilité et des possibilités d’évolution. Pour les TPE-PME du bâtiment, il a ce souci de fidéliser les salariés.

"La Capeb accompagne les entreprises vers la rénovation énergétique"

Le contexte compliqué risque-t-il de freiner l’attractivité du secteur ?

Pas forcément. Même s’il y a de vraies difficultés pour certaines professions, notamment à cause de l’explosion des coûts de l’énergie et des matériaux, le moral des ménages est là. Et, par effet de ricochet, l’activité aussi. On ne subit pas d’effondrement de la commande comme ça avait pu être le cas en 2008. L’activité est aussi boostée par la rénovation énergétique. La Capeb travaille d’ailleurs dans ce sens, en accompagnant les entreprises vers ces nouveaux marchés.

"Imaginaire de dire que les artisans croulent sous la paperasse"

Ces enjeux permettent-ils d’attirer de nouveaux profils ?

Oui. On commence à débaucher à la sortie des grandes écoles. Ici, à Grenoble, on a de plus en plus de personnes qui viennent du CEA. Et ce sont souvent d’excellents entrepreneurs. Avec l’artisanat, ils peuvent allier leur technique de travail d’ingénieur avec le savoir-faire acquis en formation. Notre secteur est de plus en plus séduisant pour beaucoup de monde.

Depuis longtemps, la Capeb demande une simplification administrative. Ce mille-feuille freine-t-il la motivation de certains entrepreneur potentiels ?

Monter une SARL, ça prend dix minutes. Avec une organisation et un comptable, ça se fait très facilement. C’est un peu imaginaire de dire que les nouveaux artisans croulent sous la paperasse. La seule difficulté qui persiste concerne les organismes de qualification.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?