Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Pascal Petit-Jean (Seimat) : "2021 est une bonne année en termes de ventes de matériel compact"

le - - Actualités

Pascal Petit-Jean (Seimat) : "2021 est une bonne année en termes de ventes de matériel compact"
DR - Pascal Petit-Jean, sec.gen.Seimat

Du 14 au 16 septembre, Eurexpo Lyon a accueilli Construction Days, salon dédié aux équipements et aux solutions pour la construction organisé par le syndicat Seimat et par Comexposium, entreprise d'événementiel. Un nouveau rendez-vous permettant aux acteurs de la filière de faire leur show et de présenter leurs innovations ! Pascal Petit-Jean, secrétaire général du Seimat, revient sur la raison d'être de cette grande première et sur les tendances du marché.

Le salon Construction Days est une première. Pourquoi avoir créé ce nouvel événement ?

En 2021, devait avoir lieu Intermat, à Paris. Il s'agit d'un grand salon international consacré à la construction et aux infrastructures. Fin 2020, face aux incertitudes liées à la pandémie, cet événement a été annulé. C'est un salon qui a lieu tous les trois ans, ce qui signifiait qu'il risquait de ne pas y avoir de rendez-vous professionnel pendant six ans ! Une situation d'autant plus regrettable que l'on sentait que 2021 serait une année de reprise, après une année 2020 très compliquée.

En décembre 2020, nous avons donc mené une enquête auprès de nos adhérents pour recueillir leur avis. Il en est ressorti qu'ils souhaitaient que soit organisé un salon professionnel plus petit, en extérieur, qui permette d'effectuer des démonstrations et présenter les innovations. Nous nous sommes donc rapprochés de Comexposium, qui organise déjà Intermat, et avons très rapidement monté l'événement ensemble.

Nous avons ainsi réuni une centaine d'exposants : des filiales françaises de fabricants de matériels de construction pour le terrassement et des importateurs, mais aussi quelques marques via leur réseau de distribution. Le salon accueille également des start-ups qui proposent des services complémentaires très innovants permettant d'améliorer la productivité et le fonctionnement du matériel. Ce joli plateau nous permet de nous démarquer !

Ce salon permet aux acteurs du marché de découvrir les innovations qui accompagnent la reprise. C'est aussi un outil pour recréer du lien au niveau du business. Le marché français a besoin d'un rendez-vous de ce type ! Construction Days ne remplace pas le salon Intermat. Ce sont deux concepts différents, complémentaires.

Pourquoi avoir choisi Lyon pour ce salon d'envergure nationale ?

Nous cherchions un lieu qui puisse nous recevoir en extérieur, ce à quoi se prête Eurexpo. Le salon compte 9 hectares d'exposition et de démonstration. Lyon est, en outre, un endroit stratégique, un pôle économique de taille. Intermat se tient depuis très longtemps à Paris. Nous souhaitions aller en province. Lyon nous permet aussi d'attirer le sud de la France.

Comment se porte, aujourd'hui, le secteur de la construction ?

2021 est une bonne année en termes de ventes de matériel compact de terrassement lourd (pelles sur chenilles, bulldozers, mini-pelles...). Sur la période janvier-juillet, 10 650 unités de matériel compact ont été vendues en France, soit une hausse de 5 % par rapport à la même période en 2020. Pour le gros matériel, cette hausse est de 18 %. La moyenne est donc de 8 % en tout. Ces chiffres sont nettement supérieurs à ce que nous enregistrons, en moyenne, sur une tendance longue.

Les ventes de matériel de terrassement lourd et compact restent en baisse de 15 % pour le premier semestre 2021 par rapport au premier semestre 2019. Il faut dire que 2019 avait été une année tout à fait exceptionnelle, portée par de grands chantiers tels que le Grand Paris, les Jeux Olympiques de 2024 ou encore la coupe du monde de rugby en 2023. Nous avons également rattrapé le retard accumulé dans les années 2014 et 2015.

Avec la crise du Covid, 2020 a été une année en très forte décroissance, même si le BTP s'est rapidement remis en fonctionnement. Aujourd'hui, nous sommes donc sur une année de reprise. Le plan de relance accompagne cette bonne dynamique, c'est évident.

Mais, comme de nombreux secteurs d'activité, avec la crise du Covid, nous souffrons de problèmes d'approvisionnement en ce qui concerne les composants et les matières premières, notamment l'acier. A cela, s'ajoutent des soucis de logistique, liés notamment à la flambée des prix des containers. Or, les matériels de construction sont complexes à fabriquer. Beaucoup de sous-traitants entrent en jeu. La production ne suit donc pas la demande, mais tous les acteurs font leur maximum pour réduire les délais. Tout devrait rentrer dans l'ordre début 2022.

Quelles sont les grandes tendances du marché ?

Les acteurs du marché travaillent tous sur la transition énergétique, notamment sur les nouvelles motorisations. Il y a, certes, toujours beaucoup de moteurs thermiques, mais ceux-ci sont beaucoup moins polluants qu'avant. L'avenir est multiple car il existe une grande diversité de matériels avec de gros écarts de puissance. Certaines petites machines compactes peuvent fonctionner sur batteries, d'autres peuvent être hybrides, alimentées à l'hydrogène… Dans le BTP, nous avons même des matériels autonomes pour travailler sur les sites fermés et dangereux. Nous n'avons rien à envier à l'automobile ! Technologiquement, tout est possible. Il faut cependant que les innovations soient vendables !

Nous travaillons également beaucoup sur la connectivité des matériels, la maintenance prédictive, des systèmes tels que le start and stop qui permettent de réaliser des économies d'énergie et, donc, de rejeter moins de CO2.

Qui est le Seimat ?

Le Seimat, c'est le Syndicat des entreprises internationales des matériels et de travaux publics, mines et carrières, bâtiment et levage. Son rôle ? Fédérer et animer les principaux acteurs mondiaux des équipements et matériels de construction en France, filiales et importateurs. Il apporte à ses adhérents différents types d'expertises, qu'elles soient d'ordre juridique, technique, social, environnemental, douanes ou encore hygiène et sécurité. Il contribue également à améliorer l'image de marque des métiers de la maintenance des matériels.




Audrey DESFÈVE

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer