AccueilRhôneLe parc éolien du Beaujolais vert enfin inauguré

Le parc éolien du Beaujolais vert enfin inauguré

Mis en service en mars 2021, le parc éolien du Beaujolais vert, le premier du Rhône, a été inauguré il y a quelques semaines à Valsonne.
Quatre éoliennes ont été déployées sur la ligne de partage des eaux à Valsonne pour alimenter l'équivalent de 13 000 habitants en électricité.
©LIONEL_KABAC - Quatre éoliennes ont été déployées sur la ligne de partage des eaux à Valsonne pour alimenter l'équivalent de 13 000 habitants en électricité.

Rhône Publié le ,

Patrick Bourrassaut, maire de Valsonne, l'a évoqué lors de sa prise de parole : les premières traces de discussions autour du Parc éolien du Beaujolais vert à Valsonne remontent au conseil municipal du 28 octobre 2011.

Parc éolien du Beaujolais vert : un projet vieux de dix ans

C'est donc un projet de dix ans qui s'est concrétisé au mois de mars 2021, lorsque les quatre éoliennes ont été mises en service et que les élus ainsi que l'opérateur, EDF Renouvelables (EDF RE), ont célébré jeudi 29 septembre lors de l'inauguration du parc, près du col du Pilon.

"Le premier du département du Rhône", a d'ailleurs rappelé Étienne Bouticourt, responsable région développement chez EDF RE, qui a porté le projet.

Aujourd'hui et depuis près de 18 mois, les titanesques mâts aux pales tournoyantes, d'un coût de 17 M€ et déployés sur la ligne de partage des eaux entre Valsonne, Les Sauvages, Amplepuis et Ronno, produisent 12 mégawatts (MW) d'électricité. Soit l'équivalent de 13 000 habitants alimentés et donc de 25 % de la population de la Communauté d'agglomération de l'Ouest Rhodanien (Cor).

"L'électron est un peu fainéant, il va donc au plus proche", ajoute Étienne Bouticourt, confirmant que les communes alentours sont les premières à en profiter depuis le hub d'Amplepuis.

Eolien dans le Beaujolais vert, entre concertation et retombées

Et la production aurait pu être encore plus conséquente. Le secteur offrait la possibilité d'y déployer douze éoliennes, comme l'a rappelé Annick Lafay, maire des Sauvages et également vice-président de la Cor et du Département. "On part d'une potentielle zone d'études qui permettait ce nombre, précise Étienne Bouticourt. Après on réalise des études environnementales et paysagères et on fait de la concertation."

L'article complet dans notre édition du 27 octobre

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?