Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Le Péage-de-Roussillon lance la station d'épuration des Blâches

le - - Isère

Le Péage-de-Roussillon lance la station d'épuration des Blâches
© Maud Lamassiaude - L'un des deux bassins d'aération avec, au centre, un bassin d'orage pouvant stocker 1 h de pluie

L'inauguration du bâtiment de compost achevé au cours de l'été a eu lieu le 30 octobre. Elle marque la première étape d'un programme de réhabilitation de l'assainissement dans tout le Pays roussillonnais.

Très en retard par rapport aux échéances européennes de 2005, l'agglomération d'assainissement du Péage-de-Roussillon a été mise en demeure par les services de l'État en janvier 2012. Ces derniers ont alors imposé la réhabilitation du système de traitement des Blâches avant le 31 décembre 2015. Un délai a depuis été accordé, permettant à la CCPR de tout reprendre à zéro. Il aura fallu huit ans au total pour que le projet se finalise, avec un démarrage du chantier au printemps 2016.

Aujourd'hui, la station d'épuration traite les eaux usées et fluviales, les boues qui sont valorisées en compost, les graisses et les matières de curage, les matières de vidanges des installations d'assainissement non collectif, les sables réutilisables en terrassement… Elle récupère également la chaleur de l'eau traitée pour chauffer les locaux. « Un bien bel ouvrage, qui répond aux enjeux environnementaux et de développement de notre territoire », explique André Mondange, président de la Régie pour la gestion de cette station d'épuration, qui passe d'une capacité de traitement des eaux usées de 22 600 à 98 600 équivalents habitants. Au total, elle concerne quinze communes, 15 660 abonnés, 288 km de réseau et a nécessité 15 M€ d'investissement.

« Un équipement qui répond aux besoins de demain »

« Nous ne regrettons pas, aujourd'hui, le choix d'avoir construit un ouvrage entièrement neuf, plutôt que de requalifier des ouvrages anciens, assure le président de la CCPR Francis Charvet. Je retiendrai de cette aventure que nous avons réussi à construire en temps et en heure un équipement répondant aux besoins de demain. Nous l'avons financé, nous assumons son exploitation, cela dans le but d'accompagner le développement du Pays roussillonnais et de ses communes ».

Cet équipement est le début d'un programme dédié à l'assainissement en Pays roussillonnais. Il se poursuivra sur les autres structures dans les années à venir et s'accompagnera d'un renouvellement des réseaux d'assainissement. Les travaux de déconnexion de la station d'épuration de Saint-Maurice-l'Exil, qui vont suivre, représentent un budget de 2 M€ environ et Yannick Prebay, directeur de la délégation Rhône-Alpes de l'Agence de l'eau, a annoncé « des aides généreuses » à la CCPR. « Nous aiderons en priorité les communautés de communes qui ont pris très en amont les compétences eau et assainissement ». Elle finance déjà à hauteur de 30 % l'agrandissement du bâtiment compost des Blâches, qui s'élève à 1,3 M€.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer