Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Le Sagyrc, en travaux à Francheville pour aménager le cours de l'Yzeron

le - - Rhône

Le Sagyrc, en travaux à Francheville pour aménager le cours de l'Yzeron
© Sagyrc - Une pelle à chenille 15 tonnes creuse la rivière de contournement

Le syndicat intercommunal du bassin de l'Yzeron aménage le seuil de la Roussille, l'un des tout derniers seuils artificiels encore en place, utilisant pour cela une solution conciliant préservation du patrimoine et restauration de la biodiversité.

Le Sagyrc conduit actuellement un plan ambitieux en faveur de la libre circulation des espèces évoluant dans les cours d'eau du bassin versant de l'Yzeron. Concrètement, l'opération consiste à supprimer ou aménager les seuils artificiels construits par l'homme dès le XVIe siècle sur la rivière pour servir différentes activités (meunerie, blanchisserie, passages à gué).

Depuis le premier contrat de rivière, signé en 2002, le Sagyrc en a déjà aménagé près d'une trentaine. Autant de réalisations expertisées en 2012 et 2014 par l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (Onema, aujourd'hui rebaptisé OFB) et la Fédération de pêche du Rhône. Ces obstacles empêchent en effet la faune aquatique, notamment les poissons, de remonter le cours d'eau. Ils génèrent également des phénomènes d'ensablement, de réchauffement des eaux, et peuvent même localement favoriser les débordements en cas de crue. La suppression, ou a minima l'aménagement de ces seuils, s'avère stratégique pour améliorer la continuité écologique à l'échelle du bassin-versant.

Un seuil d'intérêt patrimonial

Restait à aménager le seuil de la Roussille, à Francheville. D'une hauteur de 3,5 mètres, infranchissable par les poissons, ce dernier participe aussi à un ensablement important en amont, sur près de 60 mètres. Pour autant, sa localisation - proche d'un verrou rocheux granitique et entouré de verdure - et sa construction en pierres agencées en écailles en font un lieu d'intérêt patrimonial et paysager.

C'est pourquoi, plutôt que de le démolir, le Sagyrc a décidé de conserver une grande partie du seuil et de créer une petite rivière de contournement en enrochements sur la rive gauche, afin de permettre la remontée des poissons. 150 tonnes d'enrochements seront nécessaires à sa réalisation. Ils seront ponctuellement maçonnés afin de garantir la pérennité de l'ouvrage, tandis que le seuil sera légèrement abaissé à l'entrée du bras de contournement, pour que les faibles débits transitent à cet endroit. Cet abaissement permettra aussi de remobiliser le sable présent en amont et de retrouver un substrat plus grossier, de type gravier-galet, plus attractif pour la faune aquatique.

Le Sagyrc a décidé de conserver une grande partie du seuil / © Sagyrc

Une pêche de sauvetage, consistant à prélever les poissons pour les rendre à la rivière sur des secteurs préservés, a été réalisée avant le démarrage des travaux. Le chantier, débuté à la mi-juin, durera trois semaines. Son coût est estimé à 35 000 €.

Un dernier aménagement prévu

Cette problématique de seuils en travers des cours d'eau ne concerne pas que le bassin versant de l'Yzeron. Le rétablissement de la continuité écologique des rivières relève d'une obligation réglementaire au titre du code de l'Environnement et de la Directive cadre européenne sur l'eau (DCE), comme le rappelle le Sagyrc.

Il ne reste désormais plus qu'un seul seuil à aménager : celui de Taffignon, également à Francheville, en aval de la Roussille et en limite de Sainte-Foy-lès-Lyon. Les travaux débuteront cet été et se dérouleront jusqu'en 2021.

52 % des rivières en bon état écologique

L'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée Corse a publié son rapport sur l'état des eaux des bassins. En Rhône-Alpes, plus de la moitié des rivières sont en bon état écologique, tandis que 81 % des nappes souterraines affichent un bon état chimique. Des chiffres encourageants qui résultent des efforts produits pour diminuer les pollutions, les prélèvements d'eau excessifs ou encore le cloisonnement des rivières. Cependant, les aléas climatiques s'intensifient et perturbent le fonctionnement naturel des cours d'eau. « Il y a urgence à redonner aux rivières leurs fonctions vitales, utiles à l'homme et à la biodiversité », rappelle l'agence.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer