Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Le Wifi à l'essai dans les TER

le - - Actualités

Le Wifi à l'essai dans les TER
© Julien Thibert

La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la SNCF initient une mutation profonde du rail qui, après les TGV, atteint les TER : celle du Wifi embarqué.

Des trains à l'heure, des toilettes propres… et du réseau. Voici les principales requêtes des usagers du TER qui ressortent des récentes enquêtes de satisfaction. Bonne nouvelle puisque, depuis la semaine dernière et pendant 18 mois, la ligne Mâcon-Valence fait l'objet d'une expérimentation inédite servant à déployer le Wifi plus largement sur les voies de France. « Le Wifi embarqué est le nouvel outil marketing des opérateurs de transport par le rail ! Et dans la perspective d'une libéralisation du marché, l'élément différenciant sera la connectivité à bord des trains », explique Philippe Catherine, dirigeant de l'entreprise 21net, opérateur franco-belge (racheté récemment par Alstom) retenu pour mener l'expérimentation.

Tout au long de la démarche, les usagers sont invités à tester, puis donner leurs impressions sur ce nouveau service afin d'affiner le dispositif. À terme, d'autres lignes régionales feront l'objet de cette expérimentation : Lyon-Roanne, Lyon-Grenoble et Lyon-Bourg-en-Bresse.

Selon Martine Guibert, vice-présidente en charge des transport à la région Auvergne-Rhône-Alpes, « l'objectif est d'équiper l'ensemble des 388 rames roulantes du réseau régional TER (soit 136 000 places assises) pour, in fine, améliorer l'expérience digitale client, de son acte d'achat d'un titre de transport à son arrivée à destination, voire au-delà » (connexion avec les réseaux de trams, bus ou métro). Pour Franck Lacroix, directeur général TER-SNCF Mobilités, « l'ambition est de faire entrer le TER dans l'ère du voyage connecté », référence au programme national de l'opérateur baptisé Cap TER 2020, destiné à conquérir de nouveaux clients grâce à une offre de services plus étoffée.

3G et 4G, qui couvrent actuellement 75 % du réseau TER en Auvergne-Rhône-Alpes, ne suffisent donc plus à répondre aux exigences digitales d'aujourd'hui. En investissant 1,5 Md€ dans le matériel roulant et 1,3 M€ pour cette expérimentation, la Région semble ainsi sur les bons rails.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer