AccueilActualitésLes Canalisateurs d'Auvergne-Rhône-Alpes face aux urgences de l’eau

Les Canalisateurs d'Auvergne-Rhône-Alpes face aux urgences de l’eau

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, les Canalisateurs Auvergne-Rhône-Alpes ont réuni 110 entrepreneurs, élus locaux, représentants de la maitrise d’œuvre et de la maitrise d’ouvrage.
Pierre Berger, président FRTP, Jean-Luc Garcia, délégué des Canalisateurs Auvergne, Michel Reguillon, président des Canalisateurs du Sud-Est, Stéphane Graupner, délégué Rhône-Alpes des Canalisateurs du Sud-Est, Régis Rique, délégué Allier des Canalisateurs, Pierre Rampa, vice-président des Canalisateurs
DR - Pierre Berger, président FRTP, Jean-Luc Garcia, délégué des Canalisateurs Auvergne, Michel Reguillon, président des Canalisateurs du Sud-Est, Stéphane Graupner, délégué Rhône-Alpes des Canalisateurs du Sud-Est, Régis Rique, délégué Allier des Canalisateurs, Pierre Rampa, vice-président des Canalisateurs

Actualités Publié le ,

Décliné simultanément dans 16 régions de France, cet évènement national était placé sur le thème "Eau et changement climatique : entre urgence et résilience". Interviewée en duplex par le président des Canalisateurs Alain Grizaud, l’hydrologue Emma Haziza a rappelé les impacts du changement climatique sur les ressources en eau douce française qui ont vu apparaitre en 2020 les premiers conflits d’usages.

Dans cet inquiétant contexte, syndicats, régies des eaux, représentants locaux de la maitrise d’œuvre et de la maitrise d’ouvrage ont témoigné de leur engagement, pour préserver une ressource de plus en plus rare, et pour maintenir impérativement la qualité des infrastructures de réseaux d’eau potable et leur pérennité.

Pour les Canalisateurs, "il faudrait des investissements massifs"

"Malheureusement, en tant que canalisateurs, nous n’avons pas de visibilité sur l’avenir de la commande publique, témoigne Jean-Luc Garcia, représentant des professionnels pour la région Auvergne. Il faudrait des investissements massifs lorsque l’on estime à 25 % le volume d’eau perdu en France sur des canalisations en mauvais état. Mais beaucoup de communes et de syndicats hésitent à emprunter sur le long terme pour la gestion de leurs réseaux."

Les canalisateurs, interlocuteurs privés au plus près des collectivités publiques, déplorent aussi une gouvernance morcelée des services de l’eau : "Dans le Puy-de-Dôme, par exemple, il existe 97 syndicats, conclut Jean-Luc Garcia. On comprend qu’il est très difficile de coordonner et de mutualiser dans ces conditions."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?