Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

LOIRE / La commande publique se portait bien, la crise sème le doute

le - - Loire

LOIRE / La commande publique se portait bien, la crise sème le doute
PXHERE

La CERC Auvergne-Rhône-Alpes, l'observatoire régional de la filière construction, a présenté son rapport annuel de la commande publique dans le bâtiment et les travaux publics dans la Loire. Etat des lieux.

La restitution 2020 de l'Observatoire de la commande publique de la Loire réalisée avec le concours de la CERC, des professionnels du BTP Loire et de la DDT a été présentée le 18 novembre. L'étude montre qu'avant la crise, en 2019, le recours aux marchés globaux s'est accentué, avec 57 % de marchés globaux contre 43 % de marchés allotis. " Une tendance qui s'accentue au fil des années ", relève Perrine Billard, chef de projets économiques et statistiques pour le CERC Auvergne-Rhône-Alpes.

Une forte concentration qui peut " réduire la concurrence ainsi que la participation des TPE et PME. Le volume de réponses est toujours très faible en tous corps d'état multi lots ", craint toutefois François Bayle, gérant de GBA&Co et GBA Energies. Les attributaires des marchés publics dans la Loire restent très largement des TPE et PME locales (aux trois quarts), et 82 % sont issues du département, contre 16 % qui viennent d'autres départements d'Auvergne-Rhône-Alpes, et 2 % seulement des autres régions.

L'analyse révèle un plus fort ancrage du prix comme premier critère de choix des offres, pour les trois quarts des marchés. Pour autant, 82 % des marchés ont été attribués à l'offre la moins-disante. Est également constaté un étalement de la commande publique sur l'ensemble de l'année, alors que le secteur du BTP avait l'habitude d'une concentration des marchés publiés entre mars et juillet.

Il s'avère que les délais de réponse accordés aux entreprises restent stables, avec 32 jours en moyenne, alors que les délais de notifications sont en baisse, et atteignent 73 jours. Pour autant, le niveau de réponses reçues reste bas, avec 3,8 réponses en moyenne. Ce qui inquiète les professionnels du secteur, ainsi que les délais de règlement, toujours plus longs.

Clauses spécifiques

Si l'intégration des clauses sociales reste stable ces dernières années, avec 15 % des marchés qui en intègrent, les clauses environnementales sont en hausse, puisque insérées dans 16 % des marchés. Elles sont présentes dans 23 % des marchés d'entretien rénovation, et 5 % dans le neuf.

Didier Brosse, le nouveau président de la Fédération du BTP Loire s'en satisfait : " Nous sommes pour verdir l'acte de construction. On a tous été témoin des résultats des Verts aux élections. Cela reflète un besoin de la société. On ne peut pas continuer à faire des usines à déchets ". En revanche, il se montre plus réservé quant au bilan énergétique : " Aujourd'hui, une entreprise vertueuse peut être révoquée à cause du déplacement de son personnel. Il faut être vigilant sur les clauses mises en place ".

L'impact Covid

Les appels d'offres de travaux sont en recul de 34 % sur l'année 2020. En région, le bâtiment connaît des évolutions récentes globalement en baisse, hormis pour la construction neuve de logements qui, depuis fin septembre a augmenté de 7 %, alors qu'une chute de 3,1 % est constatée sur un an.

Il y a une reprise des mises en chantier de logements depuis juin 2020, mais un niveau qui reste en-deçà de la moyenne et longue période, et des autorisations de logements en recul. La construction neuve de logements individuels évolue peu depuis 2015, et reste stable avec 1 487 logements construits en un an. Il y a une nette reprise sur le segment du collectif après la chute de 2019 et le repli pendant la période de confinement avec une hausse des construction de 12 % sur une année portant le nombre à 1 239.

En Aura, la chute des surfaces de locaux mises en chantier se poursuit, avec un niveau en dessous de la moyenne longue période puisqu'elle enregistre une chute de presque 20 % sur un an. Toutefois, la situation pourrait s'améliorer compte tenu de la hausse des autorisations en région. Mais c'est l'inverse qui s'annonce dans la Loire, avec des perspectives défavorables liées au recul des autorisations.

Les professionnels des travaux publics ne sont pas optimistes, avec une baisse d'activité prévue pour le 4e trimestre 2020. Les carnets de commandes se dégarnissent. Didier Brosse souligne “ des carnets de commandes encore très corrects, mais un ralentissement des appels d'offres en général qui nous laisse craindre la suite. Le bâtiment est comme un TGV, il peut aller très vite, mais quand il s'arrête, il peut mettre beaucoup de temps à repartir ".




Laurie JOANOU
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer