AccueilActualitésLucie Talvat milite pour "mieux valoriser nos métiers par la formation"

Lucie Talvat milite pour "mieux valoriser nos métiers par la formation"

Même si elle est issue d’une famille de maçons, c’est un peu par hasard que Lucie Talvat, aujourd’hui conductrice de travaux chez Certif (Chalamont, 01), est entrée dans le métier
Lucie Talvat milite pour "mieux valoriser nos métiers par la formation"

Actualités Publié le ,

Même si elle est issue d’une famille de maçons, c’est un peu par hasard que Lucie Talvat, 41 ans, aujourd’hui conductrice de travaux chez Certif (Chalamont, 01), est entrée dans le métier.Elle se destinait au commerce. Puis l’ancien patron de Certif, M. Acquistapace, lui a proposé de venir travailler comme commerciale.

Sur le terrain, elle a appris les ficelles du métier de façadier, la composition d’un devis, puis, peu à peu la conduite et le suivi d’un chantier : "Dans une petite entreprise, il faut savoir faire beaucoup de chose, confie-t-elle. Le métier est très physique pour nos compagnons. J’avoue que je ne pourrais pas faire tout ce qu’ils font : porter des charges lourdes, monter des échafaudages… c’est pourquoi j’ai très vite été orientée vers la gestion de chantier."

Si le métier de façade et d’isolation est très rarement féminin, Lucie Talvat a appris les techniques de mise en œuvre et l’emploi des matériaux au regard des DTU. Elle travaille aujourd’hui avec Nicolas Triolier, co-fondateur de Certif.

"Nous avons une bonne équipe de collaborateurs, certains sont là depuis 17 ans, et nous travaillons avec de bons sous-traitants […]. Cela n’a pas été facile au début en tant que femme, avoue-t-elle, mais je considère les personnes avec lesquelles je travaille comme des collègues sans hiérarchie affirmée, et dans ce milieu d’hommes, on peut "s’engueuler" parfois, mais une heure après, c’est oublié …"

Lucie Talvat regrette le manque de formations spécifiques sur ce métier de façadier, qui est en pleine expansion, avec les mesures d’isolation par l’extérieur notamment : "De même, il y a peu de formations de conducteur/conductrice de travaux. Il vaudrait mieux valoriser ces métiers, cela pourrait attirer plus de filles. Pour elles, cela pourrait être plus attrayant que certains emplois en boutique ou ailleurs […]."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?