AccueilRhôneLyon : la Capeb vent debout contre l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus polluants

Lyon : la Capeb vent debout contre l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus polluants

Pour la Capeb Rhône et Grand Lyon, l'extension de la zone à faibles émissions (ZFE) aura des conséquences sur l'emploi, et demande un report de six mois.
Lyon : la Capeb vent debout contre l'interdiction de circuler pour les véhicules les plus polluants

Rhône Publié le ,

Dès le 1er janvier 2021, les véhicules professionnels - utilitaires et camions - porteurs de la vignette CritAir3 (soit plus de 3 véhicules sur 4) seront totalement interdits de circulation et de stationnement, 24 h/24 et 7 j/7 en zone à faibles émissions (ZFE), soit les communes de Lyon, Villeurbanne, Caluire-et-Cuire, les secteurs de Bron, Vénissieux et Villeurbanne situés à l'intérieur du périphérique.

La ZFE doit être étendue par la suite aux vignettes CritAir 2, et elle devrait voir son périmètre géographique élargi à l'ensemble de la métropole.

"Dans l'incapacité financière de supporter l'achat de nouveaux véhicules"

Or, selon la Capeb Rhône et Grand Lyon, "après l'impact économique des deux confinements sur une même année et les incertitudes économiques liées à 2021, les artisans et petites entreprises du bâtiment sont actuellement dans l'incapacité financière de supporter l'achat de nouveaux véhicules, voire pour certains de renouveler l'ensemble de leur flotte".

Et de rappeler qu'un véhicule électrique type petit utilitaire, "coûte déjà en moyenne entre 23 000 et 27 000 €, un montant à multiplier par le nombre de salariés de l'entreprise. Le coût de transformation d'un moteur diesel en GPL peut s'élever jusqu'à 5 000 euros".

Et le Capeb de poursuivre : "Faute de véhicule à mettre à disposition de leurs salariés, ce sont en conséquence des centaines d'emplois qui sont menacés, qu'il s'agisse d'annuler les embauches initialement planifiées, de licenciements secs ou de fermeture de sociétés".

La Capeb demande six mois de délai

La Capeb demande de reporter à l'été 2021 l'application de ces nouvelles mesures, "laissant ainsi du temps pour la transition énergétique, en tenant compte de l'année anormale qu'est 2020".

Si les artisans et petites entreprises si disent "bien conscients des enjeux environnementaux et ne remettent pas en cause la politique globale de dé-carbonisation des transports", ils estiment que la conjoncture ne permet pas aux entreprises de s'endetter pour changer un ou plusieurs véhicules. "Ainsi, même si la métropole propose d'accompagner les professionnels avec des aides financières, ce dispositif ne peut suffire après une année exceptionnellement mauvaise", argumente la Capeb.

La confédération a demandé un rendez-vous en urgence aux élus de la Métropole.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?