AccueilSavoieLyon-Turin : une traversée expérimentale réussie dans un contexte géologique sensible

Lyon-Turin : une traversée expérimentale réussie dans un contexte géologique sensible

Le chantier de reconnaissance de la galerie de Saint-Martin-La-Porte a été achevé. Il comprenait le creusement de 9 km dans l’axe du futur Lyon-Turin.
Lyon-Turin : une traversée expérimentale réussie dans un contexte géologique sensible
Egis

Savoie Publié le ,

C’est une étape importante du projet du Lyon-Turin ferroviaire qui a été franchie avec l'achèvement des ouvrages de reconnaissance de Saint-Martin-La-Porte, en Maurienne, débuté en 2015. Il s’agit d’une traversée expérimentale, dans une zone géologique jugée comme étant la plus complexe du tracé du tunnel de base sous les Alpes.

Lyon-Turin : excaver la roche dans l'unité géologique du Houiller-Briançonnais

Un chantier, porté par TELT (Tunnel Euralpin Lyon Turin), qui a été effectué par anticipation à la réalisation du projet global, dans le but de vérifier sa faisabilité. Situés sous une importante couverture, il s’agissait d’excaver la roche dans l'unité géologique du Houiller-Briançonnais, constituée de schistes.

Un terrain à la géologie très hétérogène, extrêmement convergent, provoquant, lors du percement, un fort refermement (plus d’un mètre diamètre), et sous une grande profondeur, avec une couverture supérieure à 600 m, l’accès au chantier se faisant par la descenderie creusée au préalable.

De nouveaux marchés

Sept années de travaux ont été nécessaires pour excaver 8,7 km au tunnelier (approprié à la roche dure) et plus de 3 km en méthode conventionnelle. Les deux dernières années ont été principalement consacrées à l'excavation d'1,4 km en méthode traditionnelle dans la partie géologique du "Houiller productif ".

C‘est ainsi que jeudi 28 avril, les équipes du groupement SMP4 mené par Spie Batignolles génie civil et composé d'Eiffage génie civil, Ghella Spa, CMC Di Ravenna et Cogéis Spa ont réalisé l'ultime creusement permettant de relier les deux fronts d'attaque : côté Est, en direction de Turin et côté Ouest, en direction de Saint-Jean-de-Maurienne.

@Egis

A l’arrivée, cette galerie constitue un point essentiel du projet, d’une part grâce à une expérimentation réussie, riche d’enseignement sur les conditions géotechniques du percement, d’autre part en ayant déjà permis la réalisation de 9 km, dans l’axe et au diamètre du tube Sud du futur tunnel franco-italien de 57, 5 km, ouvrage principal de la section transfrontalière du Lyon-Turin (65 km, entre Saint-Jean-de-Maurienne en Savoie et Susa/Bussoleno en Piémont).

D’ores et déjà, de nouveaux marchés pour (3 Md€) ont été attribués aux groupements conduits par Eiffage génie civil, Vinci construction grands projets et Implenia Suisse. Ils concernent le creusement de 80 %, dont l’objectif est toujours d’être abouti à l’horizon en 2030.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

Journal du 01 septembre 2022

Journal du01 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?