AccueilActualitésMarchés publics : Laurent Wauquiez assume la préférence locale

Marchés publics : Laurent Wauquiez assume la préférence locale

C'est annoncé : la Région va réorienter ses achats et ses investissements vers son territoire et les entreprises régionales pour qu'ils bénéficient à l'économie auvergnate et rhônalpine. Le discours est clair : préférence locale dans ses commandes publiques et lutte contre les travailleurs détachés.
Marchés publics : Laurent Wauquiez assume la préférence locale
C.B-A - «Nous allons mettre en place une politique de contrôle sur les chantiers »

Actualités Publié le ,

« La Région c’est 900 millions d’Euros induits pour le BTP et 400 millions d’euros en maîtrise d’ouvrage direct. Sur ces 1,2Md 90% doit revenir aux entreprises locales c’est notre objectif. La Région Auvergne Rhône-Alpes est la première région française à mettre des clauses de préférences locales. On s’est bétonné juridiquement mais c’est une grosse bataille. On voudrait que le gouvernement s’en inspire et nous donne les moyens de le faire plus simplifier en réformant les codes des marchés des publics ». Comme à son habitude, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes n’a pas mâché ses mots. Le discours est clair : « préférence locale et chasse au travail détaché ». Cette préférence locale sera mise en place dans les commandes que passe directement la Région en favorisant, notamment, les entreprises locales dans les marchés inférieurs à 25 000€ et en mettant en place des critères qui permettront à ces dernières de mieux répondre aux marchés de la Région. « Nous fixons pour nos chantiers y compris pour les chantiers que nous finançons une vraie ligne de conduite.On compte aujourd’hui 300 000 travailleurs détachés en France, on ne peut plus continuer comme ça ». Egalement dans la ligne de mire de Laurent Wauquiez, les offres anormalement basses. La solution : copier les Allemands, faire la moyenne des prix et éliminer d’office toutes offres qui ne rentrent pas dans la faisceaux -5%, + 5%. « Il faut être sur le mieux disant. Les collectivités doivent prendre leur responsabilité. C’est du bon sens » ajoute Laurent Wauquiez qui ne manque pas d’insister sur les moyens qui seront mis en oeuvre pour contrôler et sanctionner : « une entreprise qui fait une offre anormalement basse sera contrôlée et le cas échéant « blacklistée ».La contrepartie de ces prises de position ?« Les entreprises locales devront s’engager : pas de salariés mercenaires et une place de choix aux apprentis ».

A bon entendeur.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?