AccueilActualitésMesures de soutien pour les TP : "pas suffisant" pour la CNATP, "positif" pour la FRTP

Mesures de soutien pour les TP : "pas suffisant" pour la CNATP, "positif" pour la FRTP

Le ministère de l’Economie a annoncé plusieurs mesures censées redonner un peu d’air au secteur des TP, touché par la crise ukrainienne.
Mesures de soutien pour les TP : "pas suffisant" pour la CNATP, "positif" pour la FRTP
Adobe stock

Actualités Publié le ,

Un petit pas en avant. Voilà, en résumé, le sentiment de la CNATP (Chambre nationale des artisans des TP et du paysage) face aux mesures d’aide au secteur des travaux publics annoncées par le gouvernement en milieu de semaine dernière. "On aurait voulu plus, reconnait d’ailleurs Françoise Despret, la président aindinoise de l’organisation professionnelle. Actuellement, entre la hausse des prix des matériaux et la flambée du gazole, on n’est plus au bord du gouffre. On est carrément dedans."

Les conditions "plus réunies" pour une hausse du GNR

Françoise Despret a malgré tout vu d’un bon œil la volonté du gouvernement de reporter l’avantage fiscal sur le GNR (NDLR : gazole non routier), qui doit en principe entrer en vigueur au 1er janvier 2023. Pour le ministère de l’Economie, "à ce stade, les conditions ne sont pas réunies pour ouvrir ce sujet, qui nécessite une loi de finance".

"Reste à savoir ce que fera la prochaine majorité, nuance la présidente de la CNATP. Une chose est sûre, nous resterons vigilants sur certains points. Il faut que le GNR reste un carburant spécifique avec une couleur spécifique. Nous voulons également qu’il soit au même prix pour tous. C’est une façon d’éviter une concurrence déloyale avec le monde agricole."

"Beaucoup de nos adhérents travaillent à perte"

Pour son homologue de la Fédération régionale des travaux publics Auvergne-Rhône-Alpes, Pierre Berger, la mise sur pause de la réforme du GNR reste "une très bonne chose même si on reste vigilant. On sait très bien que toute décision fiscale est arrêtée jusqu’à ce qu’un professeur "Nimbus de Bercy" la ressorte du chapeau. Mais pour le moment, on n’en parle plus et c’est très bien ainsi. Les fluctuations et la spéculation des prix du gasoil sont déjà assez stressantes comme ça."

Un avis partagé par Françoise Despret. "Aujourd’hui, pour beaucoup d’entreprises, mettre en route une pelle 20 tonnes, qui consomme 20 l/h, c’est déjà perdre de l’argent avec les prix actuels, indique la présidente de la CNATP qui explique qu’en moyenne, le post carburant représente 8 % du chiffre d’affaires. Beaucoup de nos adhérents travaillent à perte actuellement."

Garder un peu de pudeur"

Parmi les autres mesures annoncées par le gouvernement, une devrait avoir un impact direct sur certaines entreprises des TP : l’enveloppe de 80 M€ débloquée par Bercy. "Elle sera versée en une fois (NDLR : à destination des PME) et sera au prorata du chiffre d’affaires des entreprises éligibles, indique le ministère de l’Economie. Elle permettra de compenser en partie la hausse des prix du GNR avec l’estimation que les coûts du GNR représentent en moyenne 2,5% du chiffre d’affaires des entreprises du secteur." Pas suffisant, selon Françoise Despret.

"Nous demandions plus. Et surtout, j’espère que cette somme sera fléchée vers ceux qui en ont réellement besoin. On aurait aimé que ce soutien soit débloqué sur facture carburant. Ça paraitrait plus logique qu’une entreprise qui consomme beaucoup soit plus aidée que celle qui ne consomme pas."

Du côté de la FRTP, on préfère voir le verre à moitié. "De toute façon, c’est une bonne nouvelle, même si on attend d’en savoir plus sur cette aide. Tout comme l’incitation à insérer une clause de révision et l’accélération de la publication des index BT-TP (NDLR : ils seront publiés tous les 45 jours au lieu de 90 actuellement). Ça veut qu’on pourra revoir une partie de nos prix de vente en fonction de la fluctuation. Ça c’est très positif."

Il n’en reste pas moins que, selon Françoise Despret, "ces index servent surtout pour les marchés que le peut réindexer (NDLR : une partie des marchés publics). Pour nos adhérents, qui travaillent la plupart avec des privés, ça n’aura pas d’impact."

Si pour la CNATP cette série de mesures reste quelque peu "décevante", pour Pierre Berger, "il faut garder un peu de pudeur. Nous ne sommes pas les seuls à être en difficulté. Alors bien sûr, on va continuer à être vigilant, mais restons positifs et ne nous affolons pas".

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?