AccueilActualitésMondial des Métiers / Bâtir son avenir professionnel ou réussir sa reconversion

Mondial des Métiers / Bâtir son avenir professionnel ou réussir sa reconversion

.
Mondial des Métiers / Bâtir son avenir professionnel ou réussir sa reconversion

Actualités Publié le ,

Jacques Vallerant, membre fondateur de l'Association Rhône-Alpes pour l'Orientation et la promotion des Métiers (Arom), ancien directeur, puis président de cette association, évoque le 24è Mondial des Métiers. Un bel outil pour découvrir à travers démonstrations sur site et conseils avisés, la palette des métiers, souvent challengés par les assauts des évolutions technologiques. Et de rappeler que les salariés d'aujourd'hui connaîtront assurément plusieurs métiers et vies professionnelles. D'où l'intérêt d'une formation constante et profonde.

Des métiers organisés en ateliers

Retracez-nous la genèse du Mondial des Métiers ?

En octobre 1995, la Région Rhône-Alpes, l'Etat et le Comité Français pour les Olympiades des métiers ont accueilli à Lyon-Eurexpo, pour la première fois en France, les 33es Olympiades des Métiers [Ndlr : désormais Worldskills, et à Eurexpo en 2023]. Concours réservé aux jeunes professionnels n'excédant pas les 22 ans au moment des épreuves, il permet un classement des meilleurs par métier.

Pendant les quatre journées de la compétition, les candidats ne peuvent communiquer avec le public, cela leur est interdit. Les visiteurs découvrent ainsi chaque métier, organisé en ateliers offerts à la curiosité, et observent les gestes nécessaires à la réalisation d'un sujet technique complexe, mais ne discutent pas avec les jeunes compétiteurs.

L'engouement public de 1995 a été énorme. Plus de 200 000 visiteurs à Eurexpo. L'enseignement technique et professionnel régional en a apprécié les retombées. L'organisation du concours a alors été confiée à une association créée pour la circonstance dès 1993, l'Association Rhône-Alpes pour les Olympiades des Métiers(Arom). Devant un tel succès, la Région a encouragé la poursuite d'un événement annuel, pour le grand public, destiné à favoriser l'orientation professionnelle. L'Arom devint l'Association Rhône- Alpes pour l'Orientation et la promotion des Métiers.

Avec pour objectif de créer le premier Mondial des Metiers, en février 1997. Le principe fondateur du Mondial des Métiers n'était plus d'organiser des concours par métiers et isolés du public.

Il était de proposer des démonstrations professionnelles réalisées par des jeunes en formation, encadrés par des formateurs et des professionnels, afin de favoriser les échanges entre ces derniers et les visiteurs.

Désormais, le nouvel objectif du Mondial des Métiers est de faciliter la communication directe entre public et démonstrateurs pour développer une forte exemplarité du métier et encourager une orientation professionnelle judicieuse.

Depuis cette période, le succès du salon ne se dément pas, avec plus de deux millions de visiteurs accueillis à ce jour. Cette 24e édition s'annonce prometteuse, avec davantage d'exposants encore.

700 métiers représentés

Pourquoi cet événement unique fut-il possible dans notre région ?


La première raison trouve son origine dans le dynamisme régional. La région dans son ensemble, et plus encore aujourd'hui avec ses douze départements, regroupe tous les secteurs de l'activité économique nationale. Présence ancienne, répartie dans une multitude de bassins, qui se renouvelle avec le temps. Certains secteurs ont une histoire inscrite dans le développement de l'économie française.

Les énumérer ici serait fastidieux. Au total, cette ruche économique régionale, tournée vers le national et l'international, doit être alimentée par autant de qualifications et de compétences. Celles-ci sont à acquérir, à transmettre, et donc à faire connaître aux jeunes, aux adultes et aux familles.

Choix de formations certes, mais aussi meilleure connaissance du kaléidoscope d'activités professionnelles possibles.

Le Mondial des Métiers propose aujourd'hui à ses visiteurs cette vitrine, avec une soixantaine de domaines professionnels à découvrir pour un total de 700 métiers.

La seconde raison tient à la forte tradition régionale du dialogue social. Le Mondial des Métiers a pu, au fil de ses 24 années d'existence et de développement, s'appuyer sur un solide socle de tra- dition de l'échange et de la concertation. Il faut citer les chambres consulaires de Métiers, de l'Agriculture et du Commerce, les syndicats professionnels de l'artisanat et de l'industrie, les branches professionnelles dans leur ensemble, et les syndicats d'employeurs et de salariés. Ce sont ces partenaires qui, régulièrement, ont échangé avec la Région et l'Etat sur l'intérêt et la nécessité d'un Mondial des métiers. Ce sont eux qui composent, depuis le début, le conseil d'administration de l'association organisatrice, l'Arom.

La troisième raison est évidemment politique. La Région historique, au fil de ses mandatures et de ses présidences dont celle de Laurent Wauquiez, a su prendre les décisions utiles à la pérennité du salon en associant l'Etat à cette croisade de l'orientation, avec la Direction du travail et l'Education nationale.

La Région, et le mérite lui en revient très largement, a supporté le financement des démonstrations professionnelles du salon, le déplacement des scolaires visitant le salon (près de 800 cars effectuent généralement le déplacement), et une partie du financement de l'association organisatrice.

Concernant l'Etat, la Direction du travail a réuni ses moyens et les institutions sous sa responsabilité, pour répondre activement à l'accueil des adultes. Elle a su également participer financièrement au salon.

L'Education nationale et ses trois académies d'Auvergne, de Lyon et de Grenoble ont inscrit le salon dans le calendrier scolaire de l'orientation, contribuent à la conception et à la rédaction du guide de visite, et animent une large plateforme d'accueil du public.

Enfin, la petite équipe de l'Arom, sans laquelle rien n'était possible, volontaire et militante, dirigée par Bénédicte Zambo et ses présidents, qui réalise chaque année un remarquable travail d'organisation.

Le salarié doit désormais apprendre, au cours de sa vie professionnelle, à changer de métier. En quoi le Mondial des Métiers peut-il être un outil ?


Au fil de ses 24 années d'existence, le Mondial des Métiers a été confronté à la transformation technologique et industrielle régionale. Dans ses premières années, Internet était peu utilisé. Le premier espace Internet et ses ordinateurs dédiés, proposés alors au public du salon, feraient aujourd'hui sourire. L'effondrement d'activités régionales a conduit aussi à travailler avec les pôles de conversion, comme celui de la chaussure à Romans. D'anciens travailleurs de la chaussure sont ainsi venus au Mondial des Métiers découvrir d'autres métiers, ont été reçus sur place par les équipes de la Direction du travail, et ont regardé avec intérêt les jeunes en démonstration.

« Les enjeux de l'orientation et de l'emploi doivent intégrer désormais la prévention des risques de chômage »

Aujourd'hui, toutes les filières professionnelles, et tous les métiers ou presque, évoluent et se transforment du fait de la révolution numérique, du « deep learning » à l'intelligence artificielle, en passant par l'Internet des objets. Le métier de webmaster, émergent en 1997, est devenu un classique, tout comme ceux de community manager, de délégué à la protection des données, d'ingénieur en intelligence artificielle, de spécialistes en cybersécurité, de consultant data, etc. Tous présents sur le salon.

De nouvelles attitudes mentales s'installent, et un nouvel état d'esprit est à acquérir. Dans un contexte où une majorité de salariés exercera plusieurs métiers au cours d'une même vie professionnelle, la formation à tout âge devient indispensable pour mieux réussir.

Les enjeux de l'orientation et de l'emploi doivent intégrer désormais la prévention des risques de chômage, faciliter l'adaptation au changement, et favoriser les formations constantes aux évolutions technologiques les plus fines.

Ainsi est née une nouvelle préoccupation pour la plu- part des entreprises, à savoir former ses salariés aux nouvelles tendances de l'intelligence numérique appliquée.

Le Mondial des Métiers, à travers ses démonstrations, poussé par le dynamisme des branches professionnelles participantes et par celui des plateformes d'accueil, d'écoutes personnalisées et de conseils, s'efforce de répondre à cette évolution constante et profonde.

Chiffres clés

• 2,4 millions de visiteurs accueillis depuis la création du salon il y a 24 ans,

• 119 091 visiteurs reçus en 2019,

• 27 000 m2 d'exposition,

• 4 000 personnes mobilisées pour présenter les métiers et les dispo- sitifs de formation, dont 1 700 jeunes en formation et 700 formateurs,

• 68 domaines professionnels,
• plus de 700 métiers et fonctions présentés,
• plus de 100 métiers en démonstration ou faisant l'objet d'animations, • près de 300 conférences, ateliers et réunions professionnelles,
• 107 stands, soit une hausse de 6 %,
• 94 % de taux de satisfaction.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce qui vous attend sur le Pôle Bâtiment

Les visiteurs du salon découvriront un cheminement respectant la chronologie de l'intervention des métiers sur un chantier, du gros œuvre jusqu'à la finition. Toutes les professions de la filière seront représentées.

>Côté « Plâtrerie », les apprentis s'attèleront à la conception d'un plafond courbé en plaque de plâtre sur ossature métallique, une bibliothèque en plaque de plâtre sur ossature métallique avec différentes formes géométriques, ou encore des moulures en staff droites et courbées sur des supports en plaque de plâtre.

>Le secteur « Peinture », lui, présentera la mise en place des différents matériaux du peintre applicateur de revêtement, avant de passer à la pratique en travaillant sur du rechampi et une décoration fine mêlant peinture, recherche de teintes et respect de la trame.

>Les apprentis en « Miroiterie et Métallerie » procéderont à une démonstration de soudure à l'arc et, pour ceux qui veulent s'initier, du sablage de verre, de la découpe et du collage. Un porte-crayon sera façonné et assemblé sur place, puis distribué aux visiteurs.

> La section « Carrelage » met- tra cette année l'accent sur la création de mobilier sur le thème du bien-être, tandis que les apprentis de la « Couverture zinguerie étanchéité » réaliseront une tourelle de campanile de 2 mètres en ardoise, ainsi qu'un chapeau de lucarne en métal et en ardoise.

> Le « Gros œuvre », qui aura au préalable réalisé un mur support en agglos pour permettre la pose d'une charpente, réalisera sur place deux autres supports dans un autre matériau, avant de construire des supports de fenêtre en béton.

> Côté « Charpente et construction bois », la réalisation d'un ouvrage de charpente bois mansardé sera à l'ordre du jour. Les charpentiers construiront un mur en colombage que les maçons viendront par la suite

remplir avec des matériaux, tels que la brique ou le torchis. À noter que le public disposera de tous les plans permettant de mieux visualiser l'ouvrage terminé.

> Les apprentis en « Plombe- rie » auront, eux, pour mission de réaliser un façonnage cuivre et multicouches, ainsi qu'un atelier brasure sur tube cuivre. Les visiteurs pourront participer à l'exercice par le biais d'un QCM numérique.

> La filière « Électricité » et ses représentants réaliseront des ateliers câblage hors tension et une maquette de démonstration manipulable par les visiteurs, et procèderont à une démonstration de matériel.

> Enfin, le secteur « Solier-moquettiste » sera bien représenté avec la présence de Jessy Dumas-Bougain (représentant français pour les finales européennes des WorldSkills) et Sophie Meunier (candidate au Mof ). Il prévoit la réalisation de puzzles dans des cadres en bois avec revêtements en impression numérique, la réalisation de bracelets ou porte-clés en PVC et une démonstration d'incrustations.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce qui vous attend sur le Pôle Travaux publics

Les visiteurs pourront admirer les professionnels, les apprentis et leurs formateurs à l'œuvre dans les métiers du génie civil, de l'aménagement urbain et des travaux routiers, mais aussi des réseaux humides (adduction d'eau potable, assainissement), des réseaux électriques aériens et enterrés et de la conduite d'engins. Le public pourra également s'essayer aux différents métiers des TP : qui pour escalader un poteau bois dans la peau d'un monteur de réseaux, oser la simulation de conduite d'engins ou s'essayer à la pose de pavés ?

> Les Carrières et matériaux de construction ne sont pas en reste...

Cet espace, animé par les apprentis et formateurs avec un simulateur de conduite d'engins, proposera une vaste exposition de matériaux, granulats et bétons. Autant de matières premières indispensables pour présenter, de manière exhaustive, les métiers de la géologie et des carrières. Les réalisations du CFA Unicem seront présentées aux côtés des maquettes d'engins et d'équipements industriels.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?