Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Métiers du bâtiment : Pôle emploi et la Capeb bâtissent une démarche commune face aux besoins

le - - Actualités

Métiers du bâtiment : Pôle emploi et la Capeb bâtissent une démarche commune face aux besoins
DR - Anabelle Hérault (Pôle emploi) et Odile Van Kote (Capeb Rhône).

Confrontés aux besoins croissants des entreprises du secteur, Pôle emploi et la Capeb se sont organisés pour sensibiliser les demandeurs d'emploi à la richesse et à la diversité des métiers du bâtiment. Ensemble, les deux partenaires déploient une stratégie intégrant information et formation.

Le début de la crise sanitaire, au mois de mars dernier n'y a rien changé : les volumes d'offres d'emplois à pourvoir rapidement dans les métiers du bâtiment sont constants. Et très importants. "Dans le Rhône, nous avons environ 1 500 offres d'emploi à pourvoir hors intérim", indique Anabelle Hérault, conseillère au service entreprise de Pôle emploi Lyon Vaise et plus particulièrement en charge du dossier de la CAPEB.

Des besoins très importants et qui concernent quasiment tous les corps de métiers. Électriciens, plombiers-chauffagistes, maçons, menuisiers… sont notamment très recherchés. "Ces métiers sont effectivement en tension, mais pour être tout à fait précise je ne trouve pas vraiment de métiers qui ne le soient pas", ajoute Odile Van Kote, Responsable du Service Emploi de la CAPEB Rhône et Grand Lyon.

Une quête de compétences qui intègre aussi bien les compagnons que les conducteurs de travaux / chargés d'affaires, les chefs d'équipes, les manœuvres… "Nos entreprises recherchent des personnels qualifiés et d'autres qui le sont moins, mais qui vont grandir dans l'entreprise", poursuit-elle. Car le bâtiment reste encore un de ces rares univers dans lequel l'ascenseur social fonctionne à plein régime.

Informer pour sensibiliser

Pour recruter ces compétences, Pôle emploi et la CAPEB multiplient depuis des années les opérations d'information et de sensibilisation à destination des demandeurs d'emplois. La crise sanitaire n'a pas stoppé la dynamique ; elle a simplement modifié les conditions dans lesquelles les deux partenaires la développent.

"Avant le confinement, des représentants de la CAPEB venaient dans nos agences tous les mois pour présenter les métiers et les besoins aux demandeurs d'emplois que nous mobilisions spécifiquement à cet effet. Soit parce qu'ils avaient des projets précis dans le bâtiment, mais aussi des savoir-faire et des savoir-être qui les rendaient immédiatement employables. Soit parce qu'ils étaient motivés pour s'engager dans cette voie", explique Anabelle Hérault.

Les équipes de la CAPEB qui participaient à ces réunions d'information collectives recevaient ensuite en entretien individuel toutes les personnes qui le souhaitaient, que ce soit pour parler de leurs parcours et des postes qu'elles pouvaient occuper, ou pour évoquer les formations qui pourraient leur convenir.

Des événements en ligne

Avec la crise sanitaire la donne a changé. Finies les présentations dans les agences. Le terrain de jeu s'est déplacé sur internet. Mais le travail réalisé en commun par Pôle emploi et la CAPEB reste le même. "La semaine dernière, nous avons organisé une web conférence avec la CAPEB et un centre de formation et une entreprise du BTP", confirme Anabelle Hérault. Un rendez-vous qui a rassemblé 46 participants.

Dans le même esprit, Pôle emploi a mis sur pied des salons en ligne. Deux ont été consacrés aux métiers du bâtiment ces derniers mois. Le premier exclusivement pour la CAPEB et le second plus largement ouvert à toutes les entreprises du bâtiment, auquel la CAPEB a bien entendu participé.

Ces salons virtuels, ouverts sur une plateforme dédiée, permettent de mettre en place des stands virtuels sur lesquels les candidats se déplacent et peuvent déposer leur candidature, avant d'avoir un entretien en visiophone ou au téléphone avec l'entreprise.

L'enjeu essentiel de la formation

Présente au côté de Pôle emploi pour l'information des demandeurs d'emploi, la CAPEB l'est aussi pour assurer le développement d'un volet formation adapté aux besoins des entreprises. "Elle nous apporte son expertise sur les formations qu'il convient d'acheter dans tous les domaines du Bâtiment, y compris les nouveaux métiers verts", précise Anabelle Hérault. Les deux partenaires ont travaillé très en amont, afin de déterminer très précisément de quelles compétences ont besoin les entreprises et donc quelles formations doivent être mises en place.

"La CAPEB nous a fait remonter les besoins de ses entreprises et c'est ainsi que nous avons acheté certaines formations conventionnées dans le cadre du Plan d'investissement dans les compétences", ajoute-t-elle.

Cette démarche pour adapter les formations aux besoins des entreprises permet de s'assurer que les profils sont bien adaptés aux postes à pourvoir. C'est notamment le cas avec les programmes d'immersion en entreprise.

Ainsi, l'AFPR (Action de Formation Préalable au Recrutement) offre la possibilité à toute personne inscrite à Pôle emploi de se former au sein de l'entreprise pour le poste sur lequel elle s'est positionnée. De même, la PMSMP (Période de Mise en Situation en Milieu Professionnel) permet de valider la capacité d'adaptation du candidat au poste qui lui est proposé, ou bien sa capacité à se former à ce poste.

"L'artisanat du bâtiment se donne beaucoup de mal pour former ses futurs salariés. Non seulement avant qu'ils rejoignent nos entreprises, mais aussi après, avec des formations en interne, rappelle Odile Van Kote. L'interaction quasi permanente avec les services de Pôle emploi et avec des interlocuteurs dédiés au sein de ses services participe de notre démarche pour affiner ce travail de formation."




Julien VERCHÈRE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide