AccueilSavoieNouvel éboulement dans les Gorges de l'Arly

Nouvel éboulement dans les Gorges de l'Arly

Elles avaient été coupées à la circulation la veille. Entre l'évacuation de 10 000 m3 de roches, la purge de la falaise et les équipements de protection, le Département envisage plus de huit mois de travaux.
Nouvel éboulement dans les Gorges de l'Arly
DR - Une vue aérienne montrant l'ampleur de l'éboulement, dans le secteur des Cliets

Savoie Publié le ,

Le secteur dit des Cliets, sur la route des Gorges de l'Arly, reliant plusieurs stations entre la Savoie et la Haute-Savoie à partir d'Ugine, se trouve sous haute surveillance depuis 2013, après plusieurs éboulements de grande ampleur et dont le dernier a eu lieu en 2014. Le Département avait encore procédé l'automne dernier à la réalisation de travaux de sécurisation de part et d'autre du tunnel des Cliets (casquette métallique provisoire, ancrages et filets en falaise), afin de protéger la chaussée de la menace de chutes d'un volume estimé à 10 000 m3.

Sur l'ensemble du mois de janvier, ces protections auront joué leur rôle, permettant le maintien de la circulation en sécurité sur l'itinéraire. Toutefois, la semaine dernière, la masse instable présentant des signes d'évolution inquiétants avec des mouvements de plusieurs centimètres, le Département s'est décidé à fermer à nouveau la RD 1212 vendredi dernier à 16 h, juste avant l'afflux des vacanciers aux sports d'hiver, invités à suivre la déviation mise en place via la RD 109 et Héry-sur-Ugine.

Bien lui en a pris ! Car l'éboulement éminent s'est produit dès le lendemain, samedi 9 février, une éventuelle catastrophe ayant été ainsi évitée. En fin de semaine dernière, Hervé Gaymard, président du conseil départemental, s'est rendu sur place, accompagné d'élus du territoire, pour prendre la mesure des dégâts et évaluer la situation. Ce qui est sûr, c'est qu'avant d'envisager l'évacuation des roches du lit de la rivière et de la route, il faudra attendre que la falaise se stabilise, explique Anne Lescurier, responsable du service des risques naturels au Département. Elle précise qu'une grosse masse d'à peu près 8 000 m3 s'est détachée, mais qu'une autre de 4 000 demeure très instable, prête à partir. En outre, il reste encore dans les 15 000 m3 « en train de se décomprimer ».

Au total, entre 25 à 30 000 m3 devraient être terrassés au printemps prochain, dans le cadre de la poursuite du projet de sécurisation du site, que cette nouvelle configuration pourrait remettre en cause. Les opérations de terrassements risquent d'être compliquées. S'y ajouteront ceux de la réfection de la casquette, totalement détruite, tandis que la tête de tunnel a été emportée sur 1,5 m et que l'on ne sait pas dans quel état est la route sous les roches. Sachant que, dans ce secteur, la chaussée est en partie suspendue et qu'il y a de grandes chances que l'encorbellement n'ait pas tenu. Les huit mois de chantier prévus initialement pourraient donc s'avérer insuffisants.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?