Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Olivier Gallais (société Imaprim) : « On apprend en marchant »

le - - Savoie

Olivier Gallais (société Imaprim) : « On apprend en marchant »
© Christophe Levet pour Imaprim

Créée il y a treize ans, la société de promotion immobilière Imaprim (basée à Chambéry) emploie 26 collaborateurs et intervient sur les deux Savoie et l'Isère. Son président-fondateur, par ailleurs président de la FPI Alpes, revient sur la nouvelle organisation du chantier Parenthèse, l'un des tous premiers du département à avoir rouvert ses portes jeudi 16 avril à La Ravoire.

Parlez-nous un peu du programme Parenthèse ?

Parenthèse est un ensemble de 52 logements en accession à la propriété situé sur une butte bucolique, aux côtés du château Costa de Beauregard à La Ravoire. D'une SDP de 3 350 m2, cette conception architecturale en trois bâtiments, œuvre d'Hervé Daclin (cabinet Archigroup), est une véritable résidence de standing jouissant d'une vue magnifique sur les montagnes alentours.

Démarré en septembre 2019, le chantier devait initialement se terminer au 1er trimestre 2021. Compte tenu des circonstances, la livraison devrait être décalée au 2e trimestre. Arrêté brutalement le 17 mars, le chantier a été mis en sécurité par l'entreprise de gros œuvre, BP Construction (groupe Fayat). Il fait partie des premiers chantiers qui ont redémarré en Savoie avec la totalité des équipements permettant de respecter les préconisations du guide de l'OPPBTP. Il était hors de question de reprendre le travail sans que tous les ouvriers soient équipés et protégés.

Quel fonctionnement avez-vous mis en place pour permettre le redémarrage ?

Cela fait 25 ans que l'on travaille avec Archigroup, des années aussi que l'on est partenaire de BP Construction... Si on a pu repartir, c'est grâce à cette confiance mutuelle qui nous lie : pas de calculs entre nous, on s'est retroussé les manches pour se partager le travail et les coûts.

Lorsqu'est paru le guide de préconisations sanitaires de l'OPPBTP, on s'est tous retrouvés autour de la table pour l'étudier dans le détail, avec le maître d'oeuvre d'exécution [Antonio Campagna, de Challes-les-Eaux, Ndlr], le SPS [Bureau Veritas]... Cela nous a permis d'être réactifs et de préparer la reprise sans attendre. Voilà déjà un mois que BP a commandé des masques : toute l'équipe était pourvue deux jours avant la reprise.

Comment s'organise le chantier ?

Avant le confinement, 25 personnes travaillaient sur le site. Ils ne sont désormais plus que 15. Le chantier a été minutieusement préparé en amont, on a dû réorganiser les bungalows, prévoir un acheminement séparé des collaborateurs, mettre du désinfectant à disposition... Autrement dit, on respecte strictement les consignes du guide. Ca nous a aussi permis de stimuler notre créativité, en inventant quelques procédés ingénieux : par exemple, on s'est mis à fabriquer des points de lavage fixes en bois pour permettre à chacun de se laver les mains.

Sur le chantier de Parenthèse, à La Ravoire / © ip3 Press

L'adaptation serait-elle donc la solution selon vous ?

Dans le bâtiment, on a toujours été souples et réactifs, puisqu'un chantier ne ressemble jamais à un autre. La formule magique, c'est l'écoute, le dialogue et l'organisation.

Aujourd'hui, on doit se familiariser avec de nouvelles conditions de travail... Soit. Le chantier de Parenthèse allait donc nous servir de témoin, nous permettre de nous organiser. Chaque problématique nécessite une nouvelle organisation, on apprend en marchant. On duplique désormais ce fonctionnement sur d'autres chantiers, et ça marche ! A ce jour, environ 30 % des chantiers en Savoie ont repris.

Qu'en est-il des chantiers d'Imaprim ?

On est sur le point de rouvrir notre tout dernier chantier à Thonon-les-Bains. Nous aurons ainsi douze chantiers en cours, à divers stades d'avancement : deux chantiers en démarrage de travaux, ce qui implique des mesures plus simples car pas de base vie et peu de personnes sur place, d'autres au stade du gros œuvre...

Vous êtes également président de la FPI Alpes. Un mot en cette qualité ?

Je me dois de donner l'exemple vis-à-vis de mes confrères. De m'engager dans le respect du guide et des préconisations sanitaires pour les ouvriers et de réussir à redémarrer un premier chantier qui trace une voie permettant à d'autres de rouvrir. La FPI a également commandé 1 million de masques, qui seront distribués dans toute la France...

Notre objectif, c'est de rouvrir 50 % des chantiers d'ici la fin du mois, et la totalité d'ici fin mai.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer