Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Ouest lyonnais : Terra Innova propose des solutions pour recycler les terres de chantier

le - - Rhône

Ouest lyonnais : Terra Innova propose des solutions pour recycler les terres de chantier
DR - Les terres d'excavation sont valorisées sur des sites agricoles à proximité des chantiers.

L'entreprise nantaise a implanté un bureau à Brindas en juin dernier. Son offre de valorisation agro-écologique des terres d'excavation est désormais accessible aux entreprises du BTP de Lyon et Saint-Etienne.

L'entreprise Terra Innova recycle les terres de chantier à parir de sa nouvelle base de Brindas, dans l'Ouest lyonnais. Ingénieur travaux de formation, Nathaniel Beaumal a travaillé une dizaine d'années dans des PME de la région nantaise spécialisées en terrassement et VRD. "J'étais systématiquement confronté au problème de gestion et d'évacuation des terres de chantier", se remémore-t-il.

Cette expérience personnelle se transforme en projet d'entreprise : créer un acteur pour traiter les terres d'excavation et valoriser ces déblais. La société Terra Innova était née. En 2017, Nathaniel Beaumal suit des formations, échange avec des experts, se constitue un réseau, mais c'est sa rencontre avec Pierre Anfray qui marque un tournant décisif. Cet agriculteur et ingénieur agronome s'associe au projet et les deux hommes affinent le business model.

Une valorisation en direction de l'agriculture

"Nous proposons la valorisation agro-écologique des terres de chantier vers l'agriculture avec une offre de services et d'ingénierie à tiroirs", résume le président. Tout part du chantier avec des prélèvements pour caractériser la matière (limons, argiles et autres matériaux) et vérifier la non-pollution des terres.

Ensuite, il faut définir la solution technique la plus adaptée. "Les terres peuvent servir à monter des talus pour reconstituer du bocage, mais permettent surtout d'enrichir les sols et d'améliorer leur fertilité", explique Nathaniel Beaumal. En lien avec la communauté d'agriculteurs référencés ou en démarchant les agriculteurs autour d'un chantier, Terra Innova identifie des sites récepteurs dans un rayon de 20 km et établit le plan de gestion (traçabilité, relation contractuelle, autorisations…).

"Au démarrage du chantier, l'entreprise de BTP ou le maître d'ouvrage, que ce soit une collectivité, un aménageur ou un promoteur, dispose d'une solution pour évacuer et valoriser ses déblais", affirme le dirigeant.

Pierre Anfray et Nathaniel Beaumal.

Une image positive

Véritable alternative à la mise en décharge, la valorisation agro-écologique revêt un intérêt environnemental, mais aussi économique. "Ce service, facturé à l'entreprise de BTP ou au maître d'ouvrage, coûte entre 1 et 3 € au m3. L'économie réalisée par rapport à une élimination en ISDI est donc comprise entre 0 % et 25 % selon les chantiers", souligne Nathaniel Beaumal qui précise "qu'aujourd'hui, l'agriculteur ne paie rien".

Les retombées en matière d'image sont aussi un atout indéniable de cette prestation. Depuis deux ans, Terra Innova a étudié la possibilité de valoriser quelque 300 000 m3 de terres excavées et a pu concrétiser la réutilisation d'environ 120 000 m3 en provenance d'une cinquantaine de chantiers. Il s'agit d'opérations de logements collectifs avec sous-sols, de travaux souterrains, d'aménagements routiers et de créations de ZAC.

Terra Innova espère un développement rapide

"Nous pouvons intervenir à partir de 3 000 m3 de déblais et jusqu'à plus de 100 000 m3. Nous avons déjà travaillé pour Vinci Autoroutes, NGE, Cogedim, Eurovia, Charier, les Départements de la Loire-Atlantique et de la Vienne…", fait savoir le président.

Chaque année, la France produit 160 millions de tonnes de déblais. Sur cet immense marché, Terra Innova, implantée à Nantes, compte se développer rapidement. "En 2020, nous tablons sur 600 000 € de chiffre d'affaires après avoir réalisé 375 000 € sur notre premier exercice rallongé", indique Nathaniel Beaumal. L'entreprise de 12 personnes vise 40 M€ de chiffre d'affaires et une présence dans les dix principales agglomérations de l'Hexagone.

Le bureau ouvert à Brindas permettra de couvrir le prometteur marché des agglomérations lyonnaise et stéphanoise. "Sur ce territoire, les coûts de déblais sont élevés et notre solution d'autant plus intéressante. Nous sentons aussi que le marché est mature et les maîtres d'ouvrage sensibles à notre démarche", constate le président qui confie qu'une levée de fonds, prévue fin 2021, permettra d'accélérer la croissance.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide