AccueilRhôneParking Saint-Antoine à Lyon : le groupe Plattard évacue 8000 tonnes de bétons par voie fluviale

Parking Saint-Antoine à Lyon : le groupe Plattard évacue 8000 tonnes de bétons par voie fluviale

A l'occasion de la deuxième tranche de déconstruction du parking Saint-Antoine, à Lyon, le groupe Plattard se mobilise pour évacuer plus de 8000 tonnes de déchets par voie fluviale.
Plattard a fait le choix d'un mode de transport moins polluant pour les travaux de déconstruction du parking Saint-Antoine.
DR - Plattard a fait le choix d'un mode de transport moins polluant pour les travaux de déconstruction du parking Saint-Antoine.

Rhône Publié le ,

La deuxième tranche des travaux de déconstruction du parking et du quai Saint-Antoine, à Lyon, a démarré en septembre. Et le groupe beaujolais Plattard est mobilisé pour recycler les matériaux issus des travaux de déconstruction.

Plattard veut aller au bout de la démarche économie circulaire

Pour ça, Plattard a fait le choix d'un mode de transport moins polluant. Ce qui lui a permis de faire transiter 8 000 tonnes de déchets (bétons) par voie fluviale, jusqu'à son site de recyclage d'Ancycla, à Anse. Une pratique qui permet de limiter le trafic routier (320 camions en moins) sur les routes de Lyon et de la métropole et de diminuer par quatre les émissions de gaz à effet de serre.

Il y a un an, Plattard avait déjà usé du transport fluviale lors de la première phase de déconstruction du parking Saint-Antoine. "Mais cette année, nous allons jusqu’au bout de la démarche ! Les déchets sont non seulement recyclés mais ils sont aussi réutilisés sur le chantier", déclare Édouard Plattard, directeur général du groupe.

15000 tonnes de déchets recyclés par Plattard en 2021

Ainsi, 100% des bétons reçus sur Ancycla, le site de valorisation du groupe situé à Anse, ont été transformés en granulats recyclés puis acheminés, toujours par voie d’eau, pour le réaménagement de cette zone.


Cette opération aura permis d’économiser 8 000 tonnes de granulats de carrière et par conséquent, de réduire l’usage de la ressource naturelle locale.

Pour rappel, la première étape du projet avait déjà permis d’acheminer 15 000 tonnes de déchets par voie d’eau, et de supprimer ainsi 600 camions sur les routes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?