Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Piscine Global Europe : plongée dans le grand bain des tendances

le - - Actualités

Piscine Global Europe : plongée dans le grand bain des tendances
© Mondial Piscine - « La maintenance d'une piscine à l'année équivaut à un aller-retour Lyon-Paris » - Gilles Mouchiroud

Le salon Piscine Global Europe se tiendra à Eurexpo-Lyon du 13 au 16 novembre. Un événement de rayonnement international, prétexte à l'analyse d'un marché loin de couler. Interview croisée avec Noémi Petit, directrice du salon, et Gilles Mouchiroud, président de la Fédération professionnelle de la piscine et du spa (FPP).

Quel rapport notre pays entretient-il avec la piscine ?

Gilles Mouchiroud : La France représente le premier marché européen de la piscine et le deuxième au niveau mondial, après les États-Unis. Nous avons toujours eu la culture de l'eau et, même si l'activité est logiquement plus forte dans le Sud-Est et en région PACA, l'attrait pour les bassins est uniforme sur le territoire. La filière regroupe à ce jour près de 3 900 professionnels, dont 2 200 réalisent plus de 30 % de leur chiffre d'affaires rien que dans la piscine. À Lyon, on retrouve des fabricants historiques.

Noémi Petit : J'ajouterais que le marché des piscines hors sol a toujours très bien fonctionné en France. Sans compter que nous avons également une grande culture de la piscine publique.

Gilles Mouchiroud, Parlez-nous de la FPP, dont vous êtes le président depuis 2015…

G. M. : La Fédération des professionnels de la piscine et du spa est la seule représentative en France et a été totalement refondue en 2006. Rassemblant les entreprises de toute la filière, elle regroupe à ce jour 1 140 adhérents divisés en deux collèges : les fabricants-distributeurs-importateurs et les constructeurs-installateurs. Depuis sa création, elle s'attache à fédérer les acteurs pour favoriser le développement durable et innovant du marché. Ses missions s'articulent autour de quatre axes principaux : promouvoir, défendre, soutenir et professionnaliser. Sur ce dernier segment, la fédération a lancé il y a plusieurs années le label Propiscines, qui se décline en trois paliers : « engagé », « qualifié » et « certifié ». Aujourd'hui, 460 de nos entreprises BtoC sont labellisées. À noter que ces deux dernières années, nous avons connu une belle progression du nombre d'adhérents…

Cela s'explique-t-il par le dynamisme retrouvé du marché ?

G. M. : En effet, après quelques difficultés, on est de retour sur un marché qui affiche des tendances positives. On sort de trois ans avec une croissance à deux chiffres (+ 11 % en 2017). Le marché global de la piscine se chiffre actuellement à 2,1 Md€. En 2000, il y avait 708 000 piscines privées en France : on approche aujourd'hui la barre symbolique des 2,5 millions (environ 1,3 million de piscines enterrées et 1,2 million de hors sol, Ndlr). Le printemps nous a été défavorable compte tenu des conditions météorologiques, mais l'été exceptionnel que nous avons connu a rattrapé les choses.

Piscine Global Europe est de retour à Eurexpo-Lyon du 13 au 16 novembre. Présentez-nous le salon...

N.P. : Piscine Global Europe est un salon professionnel biannuel qui n'a fait que croître depuis sa première édition à Lyon, en 1990. Depuis ses débuts, il noue des liens très forts avec la FPP, gage de bases solides et de pérennité. Dédié aux professionnels, il rassemble l'ensemble des acteurs, des constructeurs-installateurs aux architectes et paysagistes, en passant par les distributeurs, les architectes, les bureaux d'études... On a enregistré cette année plus de 5 000 badges exposants et on attend la venue de plus de 18 000 visiteurs sur quelque 28 000 m2. Pour cette édition 2018, le salon s'organise autour de quatre grandes offres : le résidentiel, le commercial (piscines publiques, centres aquatiques, hôtellerie...), l'outdoor pour tout ce qui est aménagement autour du bassin et le wellness pour la remise en forme.

Plus de cent nationalités devraient s'y croiser. Comment satisfaire toutes les demandes ?

N. P. : Quatre jours tous les deux ans, c'est peu ! Nous devons produire une offre qui soit très utile en très peu de temps. Servir tout le monde selon son marché, son climat... Il faut pouvoir les alimenter, permettre aux clients de progresser dans leurs métiers, de structurer leurs démarches. La piscine est un marché-niche, qui induit des comportements d'achats très spécifiques. Or on s'adresse aux professionnels du monde entier (Ouzbékistan, Estonie, Russie, Inde, Europe du nord...). Le but, c'est d'instaurer un salon très performant qui soit aussi très convivial, un lieu de rencontres rythmé par des temps d'échanges. En ce sens, notre Pool Summit proposera deux conférences : « La piscine, star du design » expliquera l'importance de l'implantation d'une piscine de qualité, tandis que « Ma piscine, mon œuvre » montrera à quel point les artistes ont eu à cœur de traiter cette thématique dans le paysage culturel.

La thématique retenue cette année est celle d'un nouvel art de vivre. Pourquoi ce choix ?

N. P. : La piscine s'est progressivement transformée en un lieu de vie et de convivialité intégré à la maison ou à l'établissement de loisirs. Elle est aujourd'hui une pièce à part entière. D'où la tendance actuelle, qui glisse de plus en plus vers des espaces lounge et multifonctionnels. Tissus déperlant, tapis d'extérieurs, assises et coussins cosy... Les professionnels rivalisent d'ingéniosité pour améliorer les alentours du bassin. On assiste d'ailleurs au même phénomène du côté des piscines publiques.

G.M. : Il y a vingt ans, les piscines étaient grandes, profondes, peu équipées… Un peu tristes en somme. Aujourd'hui, le bonheur en famille passe aussi par l'extérieur : plaisir d'y accueillir ses amis ou simple bonheur de rester chez soi.

Que recherche le public en 2018 ?

G. M. : La demande se dirige vers des piscines personnalisées, mais aussi de plus en plus petites. Avant, on construisait des bassins de 12 x 6, d'une contenance de 120 m3, alors que la moyenne actuelle tourne autour de 8 x 4 pour un volume de 40 m3. Des tailles réduites, certes, mais des bassins moins énergivores, plus éco-responsables, mieux équipés. Les couloirs de nage ont la cote.

Côté design et construction, quelles sont les matériaux prisés ?

G. M. : Avant, on n'avait que du bleu ou du vert. Aujourd'hui, la tendance est au liner de couleur foncée, mais on va aussi vers le sable, le gris clair, le béton. La forme privilégiée reste le rectangle. Et la pierre naturelle prend le relais sur les plages (ou terrasses, Ndlr), agréable au pied, mais aussi plus moderne et écologique. On la retrouve aussi dans le bassin, en guise de revêtement. On assiste aussi à un retour de la mosaïque… Les matières sont nobles et le design est épuré. On est à la recherche d'une harmonie.

N. P. : Un gros travail a également été fait autour de l'éclairage, dans et autour du bassin. Pour la génération précédente, la piscine ne constituait qu'une activité diurne. Aujourd'hui, le soir est aussi important que le jour, d'où le choix d'une belle plage et d'harmoniser la lumière avec le paysage, les jardins, les sculptures...

La rénovation concerne aujourd'hui 39 % du parc piscine dans le Sud-Est. La tendance est au pool staging ?

G. M. : La rénovation prend en effet de plus en plus d'ampleur. Elle concerne désormais 1 client sur 4, du simple remplacement d'un liner à des investissements beaucoup plus lourds. La tendance est appelée à se développer très fortement : on note 110 000 intentions de rénovation dans les trois ans à venir. Les piscines construites il y a plus de dix ans doivent être repensées, relookées. Les gens vont changer la couleur de la margelle, installer des équipements plus confortables, plus simples d'utilisation, mieux intégrés. Tout en cherchant, aussi, à optimiser leurs performances énergétiques.

Les piscines sont aussi de plus en plus connectées…

G. M. : Non seulement plus connectées, mais aussi plus autonomes. Il existe aujourd'hui des robots intelligents avec géolocalisation, la possibilité de gérer les paramètres de l'eau avec renvoi direct des informations sur son smartphone... Ces innovations apportent une réelle valeur ajoutée en matière d'impact environnemental et de consommation énergétique. Mais au-delà des seuls équipements, les nouvelles technologies permettent aussi aux pisciniers d'utiliser de la 3D ou encore des drones pour modéliser précisément leurs projets par exemple.

Une piscine consomme-t-elle beaucoup ?

G. M. : De moins en moins. La piscine basse consommation est devenue une réalité du marché, en utilisant très peu de chlore, opérant des filtrations seulement quand nécessaire... Et puis on fonctionne en circuit fermé, ne l'oublions pas. La consommation énergétique des systèmes de filtration a ainsi été divisée par quatre depuis 1980. En terme d'empreinte carbone, la maintenance d'une piscine à l'année équivaut à un aller-retour Lyon-Paris !

Un mot sur l'activité spa, elle aussi bien représentée sur le salon ?

N. P. : Au fil du temps, les pisciniers spécialistes ont su conquérir ce marché en plein essor et on assiste aujourd'hui à une grosse poussée des ventes. Le spa se démocratise. Tout au long des allées de Piscine Global Europe, et plus particulièrement sur les espaces Aquafitness Show et Wellness Expo, les visiteurs pourront découvrir et tester ces équipements spécifiques.

G. M. : Si la piscine laisse libre cours à l'apprentissage de la nage et à la facilité de jeu, le spa amène avec lui une autre dimension, thérapeutique celle-ci. Source d'apaisement, de bienfaits musculaires, l'activité Wellness cible particulièrement les personnes un peu plus âgées. Et les seniors constituent, n'en doutons pas, un marché amené à fortement se développer !

Le marché français de la piscine

1er marché européen

2e marché mondial

2,5 millions de piscines privées (1 piscine pour 33 habitants)

3 840 entreprises

24 800 emplois directs

+ 2 Md€ de chiffre d'affaires en 2017




Charlotte ROBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer