AccueilActualitésPlateforme TotalEnergies de Feyzin : dans les coulisses du grand arrêt

Plateforme TotalEnergies de Feyzin : dans les coulisses du grand arrêt

Depuis le 23 mars, les unités pétrochimiques de la plateforme de Feyzin sont à l’arrêt. Pourtant, le site s’apparente à une véritable fourmilière. 170 entreprises et 1500 intervenants effectuent des opérations de maintenance
Plateforme TotalEnergies de Feyzin : dans les coulisses du grand arrêt
Audrey Desfeve - Tanneguy Descazeaud, directeur de la plateforme TotalEnergie de Feyzin, devant les installations habillées d’échafaudages.

Actualités Publié le ,

C’est un événement qui a lieu tous les sept ans : le grand arrêt des unités du secteur pétrochimie de la plateforme TotalEnergies de Feyzin. Une vaste opération de maintenance, chiffrée à 63 millions d'euros et qui vise à ouvrir, nettoyer et inspecter l’ensemble des installations. Ces dernières sont mises à l’arrêt afin de réaliser les travaux nécessaires. Ces derniers ont commencé le 23 mars et se termineront fin mai. Ils visent à renforcer la sécurité et apporter des améliorations techniques.

Plateforme de Feyzin : une fermeture de neuf semaines

Aussi, "pendant ces neufs semaines, la plateforme ne produit pas d’éthylène et de propylène. Nous constituons des stocks en amont, sur notre site de l’Ain", explique Tanneguy Descazeaud, directeur de la plateforme. Ces produits sont de grands intermédiaires de la chimie et permettent de fabriquer des emballages, des isolants, des encres, etc. Ce grand arrêt se prépare deux ans à l’avance. Les gigantesques échafaudages, qui habillent les installations, sont par exemple montés six mois en amont.

Une base-vie gigantesque

170 entreprises - toutes certifiées MASE - pour la plupart locales, sont mobilisées, à l’instar de Siemo, entreprise solaizarde qui a monté les échafaudages. La société lyonnaise GL Events s’est attelée à la construction de la gigantesque base-vie de 30 000 m² qui a été installée au nord de la plateforme, pour accueillir les équipes.

Elle comprend notamment 150 modules de bureaux, vestiaires et sanitaires, un chapiteau de 1 500 m² aménagé en bureaux et un restaurant de 600 m². Mais on ne rentre pas dans la base-vie d’une des plus grandes plateformes pétrochimiques de France comme dans un moulin ! Il faut passer par la "Safety street", où sont présentées toutes les règles de sécurité des lieux.

La suite de l'article à découvrir dans notre cahier spécial sécruité prévention dès jeudi 12 mai.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

Journal du 21 avril 2022

Journal du21 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?