Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

PORTRAIT / Carrion TP : une histoire de famille

le - - Actualités

PORTRAIT / Carrion TP : une histoire de famille
CARRION TP - Laurent Carrion

Aux commandes, depuis 1994, de l'entreprise de travaux publics créée par son père en 1957, Laurent Carrion ne s'est pas contenté de pérenniser une aventure entrepreneuriale cinquantenaire. En s'appliquant à diversifier ses champs d'intervention, il a assuré le développement de Carrion TP, en faisant aujourd'hui un acteur de référence sur le territoire de la Métropole.

Carrion TP surfe sur plus d'un demi-siècle d'histoire. En effet, en prenant la succession de son père, il y a 26 ans, Laurent Carrion a fait le choix de prolonger une aventure initiée en 1957 à Villeurbanne. Le fondateur de l'entreprise, après avoir transféré ses bureaux et son dépôt à Vaulx-en-Velin au début des années 90, s'était attaché à consolider ses positions. A la tête de l'entreprise depuis 1994, son fils a quant à lui donné une nouvelle impulsion, engageant résolument Carrion TP sur le chemin de la croissance.

« Lorsque j'ai repris l'entreprise, son chiffre d'affaires s'élevait à 1 M€ et elle employait 12 personnes. Les choses ont bien changé depuis, puisque nous sommes une centaine et que notre chiffre d'affaires s'établit désormais à 15 M€ », confirme-t-il.

Une stratégie de diversification réussie

Pour assumer ses ambitions de croissance, Laurent Carrion a choisi d'intégrer de nouvelles activités au fil du temps. Spécialisée à l'origine dans les réseaux, qu'il s'agisse d'assainissement ou de réseaux secs (électricité, télécom, éclairage publique), l'entreprise ne réalise plus aujourd'hui que 20 % de son chiffre d'affaires avec cette activité. « Désormais, la maçonnerie constitue notre premier poste, avec environ 5 M€ de chiffre d'affaires. Ensuite, nous avons intégré une compétence en eaux potable il y a 10 ans, qui représente 4 M€ de chiffre d'affaires. Enfin, nous développons depuis quatre ans une quatrième activité avec la voirie, qui génère 3 M€ de chiffre d'affaires », détaille-t-il.

Si cette stratégie de diversification a porté la croissance de l'entreprise, c'est en premier lieu pour proposer une offre globale à ses clients que Laurent Carrion a souhaité la mener à bien. « Je ne voulais pas rester cloisonné dans l'assainissement, parce que les clients préfèrent toujours avoir un seul interlocuteur face à eux. En déclinant notre savoir-faire dans le terrassement, les réseaux, la réalisation des enrobés et de toutes les surfaces extérieures, nous sommes en mesure de leur apporter des réponses aux différentes problématiques qu'ils doivent gérer », analyse-t-il.

La métropole de Lyon comme terrain de jeu naturel

Pendant longtemps très majoritairement constitué d'acteurs du secteur public, le portefeuille clients de Carrion TP s'est progressivement élargi au privé. « A l'origine, la commande publique pesait aux environs de 80 % dans notre chiffre d'affaires. Aujourd'hui, elle ne représente plus que 60 % de notre activité, et mon ambition est d'arriver à l'équilibre dans les prochaines années », explique Laurent Carrion.

Désormais bien implanté dans l'industrie, il travaille notamment avec les entreprises installées dans la vallée de la chimie, mais aussi avec le textile. « Il ne me manque plus que les espaces verts, ajoute-t-il en souriant. Cela fait partie de mes ambitions à moyen terme, c'est-à-dire à l'horizon de cinq ans au maximum. » Une nouvelle diversification qui pourrait l'amener à envisager cette fois une acquisition, alors qu'il a jusque-là toujours privilégié la croissance endogène.

S'il a fait le choix de diversifier ses activités, Laurent Carrion a en revanche toujours refusé d'aller chercher ses marchés en dehors de la région lyonnaise. La métropole de Lyon est son terrain de jeu favori, même s'il lui arrive d'en sortir. « Nous travaillons de Villefranche à Vienne et de Bourgoin à Givors, résume-t-il. Nous pourrions également travailler sur le Grand Paris, où les marchés attirent de très nombreuses entreprises de province depuis quelques années, mais je préfère être une référence sur Lyon. Je veux que l'entreprise se développe dans la qualité, dans le bien-être au travail et la satisfaction du client. Et pour cela, la proximité est un atout unique. »

Un pied dans le recyclage

Depuis l'année dernière, Laurent Carrion décline une activité de recyclage de matériaux issus des chantiers de travaux publics, mais aussi du bâtiment, en se concentrant toutefois sur les déchets de béton. « Nous ne prenons pas le plâtre ou le bois », insiste-t-il. Baptisée Mateco, cette société de recyclage a débuté ses activités à Meyzieu, avant d'ouvrir une deuxième plateforme à Mionnay, au mois d'octobre dernier. « Nous réfléchissons maintenant à la création d'une troisième unité pour couvrir le sud et l'ouest de la métropole. Cela pourrait être du côté de Saint-Fons par exemple », avance-t-il avec précaution.

Alimentées en premier lieu par les déchets de chantier de Carrion TP, ces plateformes sont cependant ouvertes aux autres entreprises. Une fois la collecte assurée, les plateformes donnent vie à de nouveaux produits directement exploitables sur des chantiers.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer