Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Potholess facilite la réparation des routes

le - - Rhône

Potholess facilite la réparation des routes
DR - Treize utilisateurs ont déjà permis de recueillir en 2 mois près de 25 000 données dans le quart Sud-Est de la France.

Créée fin 2019, la start-up lyonnaise ambitionne d'accompagner les collectivités dans l'entretien des voiries. Grâce à une application, les usagers de la route remontent automatiquement des informations transmises aux villes, communautés d'agglomérations, départements.

Le trafic intense, les conditions météo, la circulation des poids-lourds… endommagent les routes et la qualité du réseau se détériore. Pour aider les collectivités à intervenir aux bons endroits et dans le bon timing, Coralie Negre-Morin et Guillaume Berthier ont créé, en décembre 2019, la société Potholess. « Nous proposons une application smartphone et tablette qui permet de récolter des données sur l'état de la chaussée. Le système détecte l'intensité des vibrations pendant que le véhicule roule et détermine ainsi le niveau de dégradation. Les données sont ensuite analysées pour établir une cartographie avec un taux précis de détérioration », explique Coralie Negre-Morin.

Un accord avec GRDF

Aujourd'hui en phase de test, le dispositif repose d'abord sur les usagers de la route. « Nous espérons mobiliser pour une bonne action et un geste éco-citoyen. Les conducteurs ont juste à télécharger gratuitement l'application, qui se lancera automatiquement lors de leurs trajets », détaille la dirigeante, diplômée en UX design et data.

Pour recueillir le plus rapidement un maximum de données, la start-up cherche à nouer des partenariats avec des entreprises qui possèdent d'importantes équipes sillonnant le territoire. « Nous avons un accord avec GRDF. Treize utilisateurs nous ont déjà permis de recueillir, en deux mois, près de 25 000 données dans le quart Sud-Est de la France. Cette année, nous espérons atteindre 500 utilisateurs », fait savoir Coralie Negre-Morin. Les premiers retours enregistrés ont détecté 1 899 dégradations de forte intensité, de type nids-de-poule, et 1 297 dégradations d'intensité moyenne, de type déformations de la chaussée.

Les petites communes ciblées

Les informations traitées et analysées servent à établir une cartographie des niveaux et des zones de dégradations. Cette plateforme s'adresse aux collectivités qui, sur abonnement au tarif de 1 500 € HT/mois pour cette première année, auront accès à l'état de leur réseau. Avec ce service, Potholess vise en priorité les petites communes et agglomérations, qui ont le plus de difficultés à diagnostiquer leurs routes. « Envoyer des agents sur le terrain est coûteux et chronophage, alors que notre solution leur permet de cibler et prioriser les réparations et d'avoir une action préventive. Nous leur donnons les moyens d'optimiser leurs dépenses pour la réfection des routes et d'éviter de traiter principalement en urgence », souligne la présidente.

Actuellement, un Département expérimente la solution et des discussions sont en cours avec Saint-Étienne. « D'ici la fin de l'année, notre objectif est de compter huit collectivités clientes sur la zone Sud-Est », partage Coralie Negre-Morin.

Une levée de fonds espérée pour la fin de l'année

Pour accompagner son développement, et notamment recruter des collaborateurs, Potholess pourrait réaliser une levée de fonds fin 2020. La start-up réfléchit également à de nouveaux débouchés. « Les sociétés de GPS pourraient être intéressées par notre solution pour privilégier des itinéraires en bon état. Pour ce même atout de trajet confortable, les constructeurs de voitures autonomes sont aussi une cible potentielle », estime la dirigeante.

Un projet étudiant au départ

Coralie Negre-Morin, alors étudiante à Sup de Pub, et Guillaume Berthier, étudiant à l'Insa, circulaient beaucoup à vélo et déploraient parfois l'état de la chaussée, responsable de chutes. En 2016, alors qu'ils participent à un concours sur la smart city, ils travaillent sur cette idée et proposent un boîtier connecté pour apporter des informations aux collectivités. Malgré une victoire, le projet reste dans les cartons et les deux étudiants poursuivent leur formation.

En mars 2019, le projet refait surface mais le boîtier, trop coûteux et compliqué à déployer, laisse place à une application. Potholess (de l'anglais pothol : « nid de poule », et less : « sans ») est aujourd'hui accompagnée par les incubateurs de l'Inseec et Beelys.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer