AccueilActualitésPour Vinci immobilier, l'objectif ZAN 2030 est "un changement de paradigme"

Pour Vinci immobilier, l'objectif ZAN 2030 est "un changement de paradigme"

Le géant Vinci immobilier a annoncé, en début d’année, un objectif zéro artificialisation nette des sols pour 2030. Explications avec Stéphane Reymond, directeur régional adjoint.
Pour Vinci immobilier, l'objectif ZAN 2030 est "un changement de paradigme"
E.S.

Actualités Publié le ,

Le 13 janvier dernier, Vinci immobilier a annoncé son objectif d’arriver à zéro artificialisation nette (ZAN) des sols d’ici 2030. Concrètement, ça veut dire quoi ?

Déjà, il faut rappeler que le ZAN est un objectif fixé par la loi climat et résilience, pour 2050. Mais cela devra se faire graduellement puisque dès 2030, il faudra baisser de 50 % les artificialisations, pour arriver à 100 % en 2050. Cela signifie que toute surface artificialisée devra être compensée par une même surface désartificialisée. Mais chez Vinci immobilier, nous voulons atteindre cet objectif ZAN dès 2030, avec 20 ans d’avance.

"Le recyclage urbain devra représenter 50% de notre chiffre d'affaires d'ici 2030"

Comment allez-vous mettre ça en place ?

Ça se fera progressivement même si 2030, c’est demain. Aujourd’hui, nous voulons travailler de plus en plus sur des opérations de recyclage urbain (NDLR : construire sur des fonciers en friche ou dans des bâtiments obsolètes) pour que ça représente 50 % de notre chiffre d’affaires d’ici 2030. Et on s’engage également à rejeter les opérations qui artificialisent plus de 1 m2 de terrain par m2 de surface de plancher.

Cette nouvelle philosophie va nécessiter un changement de paradigme pour vous ?

Ça a déjà démarré, à Lyon notamment où depuis trois ans, énormément de choses sont faites. On a déjà commencé à modifier notre business, notamment en sensibilisant nos développeurs sur le recyclage urbain. On s’est aussi doté de guide de travail pour former nos collaborateurs sur la réhabilitation, la rénovation des bâtiments, la dépollution des sols… On a mis en place un cahier de préconisations paysagères pour que les paysages soient intégrés dès le début dans une opération. Tout ça pour dire que l’on translate l’ensemble de nos métiers.

Les opérations vertueuses se concrétisent plus rapidement"

Cette stratégie aura-t-elle une application régionale ?

Non. C’est une stratégie sur l’ensemble de la France et les calculs d’artificialisation se feront à l’échelle du pays. Mais si je dois parler d’Auvergne-Rhône-Alpes, évidemment, l’objectif sera d’atteindre cette zéro artificialisation nette aussi sur notre territoire.

Votre stratégie ZAN 2030 a été annoncée à un moment où les constructeurs poussent un cri d’alerte sur le manque de logements neufs en France. Comment concilier ces deux facteurs ?

C’est vrai que la pénurie est grave, même très grave. Je fais ce métier depuis 30 ans et je n’ai jamais vu ça. Mais aujourd’hui, on voit que les opérations vertueuses se concrétisent plus facilement que les autres. Alors, j’en suis sûr, on aura plus de facilité à sortir une opération sur une friche industrielle qu’on va dépolluer, désartificialiser, renaturer. L’acceptation sociale y sera plus forte. La ZAN va dans le bon sens.

Des recrutements à prévoir

Cette nouvelle stratégie annoncée par Vinci immobilier va forcément provoquer du mouvement dans les équipes. "Déjà, nous allons former une partie de nos collaborateurs, indique Stéphane Reymond. Mais il faudra aussi recruter de nouveaux profils pour que l’on devienne vertueux dans tout ce que l’on fait."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?