AccueilActualitésPro BTP n'abandonne pas « la famille »

Pro BTP n'abandonne pas « la famille »

« Protéger ». Pendant la crise du Covid-19, Pro BTP continue coûte que coûte sa mission auprès de la « famille » du BTP, comme nous l'explique son directeur régional Rhône-Alpes Bourgogne Auvergne, Selik Mari.
Pro BTP n'abandonne pas « la famille »

Actualités Publié le ,

Pour Selik Mari, « la force du groupe Pro BTP, outil de la profession voulu et créé par les organisations patronales et syndicales du BTP, c'est la force de la famille du BTP, à l'image de l'OPPBTP ou de la caisse des congés payés». Et en cas de coup dur, on peut compter sur la famille !

Si les agences de Pro BTP n'ont pas pu encore rouvrir, l'ensemble de ses équipes (conseillers et gestionnaires) s'est organisé, dès le début de la crise, pour assurer la continuité des services - pensions de retraites, prestations d'indemnité journalière, pensions d'invalidité et remboursement de frais de santé assurés dans les délais habituels - et apporter son soutien à la profession.

Un soutien humain tout d'abord, avec l'activation immédiate de cellules psychologiques à la demande des entreprises. Une offre déjà intégrée dans les contrats collectifs, et qui prend notamment la forme de téléconsultations avec un psychologue. Dans le cadre de la crise du Covid-19, c'est un numéro dédié qui a été mis en place : un millier de salariés ont pu aujourd'hui en bénéficier.

C'est aussi « un soutien à la trésorerie des entreprises, pour leur redonner du souffle », souligne le directeur régional de Pro BTP, avec le report des cotisations santé et prévoyance dues pour les mois de février, mars et avril jusqu'à trois mois sans pénalité, ni majoration, sur simple demande motivée. « Une demande formulée par 15 à 20 % des entreprises cotisantes », précise Selik Mari.

« Pas de cotisations, mais des prestations assurées ! »

Soutien et « renfort de la trésorerie », avec le maintien gratuit des garanties prévoyance et santé pour les salariés en chômage partiel jusqu'à fin mai (0 € de cotisation et des droits maintenus). « Nous n'avons pas de cotisations, mais les prestations sont assurées ! »

Dans les mesures exceptionnelles mises en place par Pro BTP, citons également la mise à disposition des salariés du BTP (actifs et retraités) du bénéfice du chèque emploi service universel (CESU) retour d'hospitalisation de 350 €, sans condition de ressource, pour financer l'aide à domicile ; un dispositif d'aide aux salariés en difficulté suite aux mesures de confinement et de chômage partiel, pouvant aller jusqu'à 1 500 € ; l'intensification du dispositif d'aide au aidants de personnes dépendantes (ascendant, conjoint ou enfant) ; le report de deux mensualités des prêts immobiliers consentis par l'organisme. Et une « cellule d'écoute » pour les personnes « en situation de fragilité » : 50 000 salariés et retraités ont ainsi été appelés par les salariés de la direction régionale.

Un dispositif de solidarité « familiale », qui devrait coûter à l'organisme « quelques dizaines de millions d'euros » à l'échelon régional, estime Selik Mari. Celui-ci rappelle que, lors de la crise des subprimes de 2008, Pro BTP avait dépensé, au niveau national, 400 M€ pour accompagner le secteur du BTP.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?