AccueilVU-EnginsLe BTP, toujours un poids-lourds du marché du véhicule industriel

Le BTP, toujours un poids-lourds du marché du véhicule industriel

Jean-Michel Mercier directeur de l’Observatoire du véhicule industriel de BNP-Paribas, a présenté mardi 11 janvier dernier le rapport annuel du bilan 2021 et les prévisions 2022 de l’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) de BNP Paribas.
Le BTP, toujours un poids-lourds du marché du véhicule industriel
Shutterstock/PaulPaladin

VU-Engins Publié le ,

Du côté du marché BTP, second pilier majeur de ventes de véhicules utilitaires (VI – VUL), le contexte est positif avec un chiffre d’affaires nettement en hausse, à +15%, sous l’impulsion notamment du plan de relance pour le TP et de la dynamique du marché de la rénovation pour le bâtiment.

Malgré une très bonne dynamique lors du premier semestre 2021 (+38% à fin juin), la crise dans les circuits d’approvisionnement a freiné cette tendance. Ce marché, à fort potentiel, doit se concentrer sur son offre de nouvelles énergies encore trop faible (2 à 3% des immatriculations).

Pour Jean-Michel Mercier, "la route de la décarbonation est encore longue […] L’électrique et l’hydrogène avance parallèlement, mais il n’y a pas de progrès suffisant pour agir nettement sur les coûts des véhicules […] Par ailleurs, GNV et bio GNV tiennent la corde sur les véhicules des services publics, notamment les bennes à ordures ménagères et les bus de transport de personnes […]". En BTP, les équipements sont encore très expérimentaux, et ne sont tentés que dans les métropoles.

Du côté de l’énergie, l’accroissement des coûts est également très important, en corrélation avec la reprise du prix du pétrole et de ses produits dérivés. Les indices bitume, GNR et gazole ont ainsi évolué de respectivement +17,8 %, +11,9 % et +8,8 % sur les six premiers mois de l’année. Entre le dernier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, la facture énergétique a été relevée de +9,0 % dans le bâtiment, et même de +11,5 % dans les Travaux Publics.

Le marché du BTP a conservé en 2021 son rôle essentiel dans la tenue du marché VI, mais devra composer avec les délais de livraison hors normes qui toucheront ce métier, utilisateur de véhicules complexes dont le cycle de vie (8 ans) est toujours supérieur à la moyenne (5 ans).

De même que pour le TRM (transport routier de marchandises), la hausse des coûts de production se confirme (+3,3% depuis le début de l’année), ce qui présente un risque de perturbation pour la relance du secteur dans les prochains mois. Une étude de la CEPME relève, en effet, que les TPE-PME du secteur de la construction sont particulièrement impactées par la hausse des prix des matières premières et les difficultés d’approvisionnement.

La reprise économique est notable tant dans le monde qu’en France, mais elle s’accompagne de contreparties non anticipées avec, en tout premier lieu, la désorganisation des chaînes de production dans de nombreuses filières à laquelle le véhicule industriel n’échappe pas.

Par ailleurs, les déséquilibres créés génèrent des zones d’inflation dont les plus spectaculaires touchent les matières premières, dont l’énergie.

Les marchés de ventes d’utilitaires (VI-VUL) et leurs marchés sous-jacents BTP et TRM connaissent une phase ascendante en termes de chiffre d’affaires : les activités de construction devraient progresser en 2022 (+4,5%) ainsi que le marché du TRM, et ce malgré la hausse des coûts et les problèmes de recrutement (chauffeurs notamment).

Pour sa part, au-delà des volumes d’immatriculations, le marché du VI devrait connaître une nouvelle hausse des prix tant en VN qu’en VO (neuf/occasion).

Alors que le marché VUL global a du mal à compenser le net recul de 2020 (-16 %), avec une reprise à +8 %, le marché des VUL carrossés, qui représente 13 % du marché VUL global, a presque compensé sa perte de 2020 (-20 %) par une progression quasi similaire (+19 %), à 56 662 immatriculations. Depuis vingt ans, seule l’année 2019 affiche un meilleur score avec 58 977 unités.

Le principal segment (39 %), les bennes, présente son meilleur niveau en nombre depuis vingt ans, grâce à une forte progression à plus de 22 000 unités, au regard d’un exercice 2019 à 21 729 unités bénéficiant de la bonne tenue du marché BTP.

Le marché espère atteindre 50000 immatriculations en 2022 (contre 44000 en 2021).

E.S.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

Journal du 21 avril 2022

Journal du21 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?