Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Romane Igonin, Prix du Mérite Stand BTP 2019 au 23e Mondial des Métiers

le - - Actualités

Romane Igonin, Prix du Mérite Stand BTP 2019 au 23e Mondial des Métiers
© FFB Auvergne-Rhône-Alpes - Romane Igonin (à droite), une jeune fille passionnée par son métier

Lors de la dernière édition du Mondial des Métiers, Romane Igonin, jeune Iséroise de 16 ans en Bac Pro Travaux Publics, a été récompensée par la profession pour son engagement lors de l'animation de son stand BTP.

Peu de jeunes femmes se tournent vers les métiers du BTP, qu'est-ce qui vous a décidé à suivre cette voie ?

Au départ, je voulais être monitrice d'équitation. À partir de 12 ans, quand je suis entrée au collège, mon père, qui est chauffeur de chantier, a commencé à m'emmener de temps en temps sur son lieu de travail. Il parlait de son métier avec un tel enthousiasme qu'il m'a transmis sa passion et j'adorais voir évoluer les engins sur le terrain. Ma mère était plus sceptique, mais quand elle m'a vue suivre avec engouement mon premier stage en entreprise, alors elle m'a vivement encouragée.

Quel est votre parcours ?

J'ai commencé par un stage d'observation d'une semaine chez Ares TP (Isère), lors de ma 3e générale. Je l'ai trouvé seule, personne ne m'a aidée et mon audace a payé. J'étais souvent sur le terrain pour assister aux travaux de terrassement, de voiries et de réseaux divers (VRD). En ce moment, je termine ma deuxième année en Bac Pro BTP au CFA Batipôle, à Livron (Drôme), qui se déroule en trois ans. En parallèle, depuis un an et demi, j'effectue mon apprentissage au sein de l'entreprise Giroud Garampon, à Massieu, spécialisée dans la réhabilitation et la canalisation.

Vous êtes accompagnée d'un maître d'apprentissage au sein de cette entreprise. Comment définiriez-vous votre relation ?

Il est heureux de voir une jeune fille se lancer dans le BTP et, en qualité de maître de chantier, il correspond à la qualification que je souhaite. Il m'accompagne dans la découverte et les savoir-faire du métier, il organise et planifie mon poste de travail. Il accueille le formateur du CFA responsable de mon suivi en entreprise et évalue l'acquisition de mes compétences professionnelles. Je le suis sur les chantiers, je participe à la pose des tuyaux de raccordements, je manie même les engins. Nous avons une très bonne relation, il n'hésite pas à me féliciter ou à me remettre en place, mais il me pousse toujours vers le haut.

Comment s'est passée votre participation au stand BTP du Mondial des Métiers ?

C'était une première. C'est le responsable de mon CFA qui m'a vivement conseillée de m'y inscrire. J'ai adoré mettre le stand en place, parler de mon école et de mon futur métier aux jeunes qui venaient chercher des informations. J'ai reproduit des pièces de canalisation, mais j'ai aussi démontré, grâce à un simulateur de construction, comment creuser une canalisation. J'y retournerai bien l'année prochaine !

Que représente pour vous ce Prix du Mérite ?

Non seulement je ne savais pas qu'il y avait un prix, mais en plus je ne m'y attendais pas du tout. J'en suis très fière. Cette distinction est la récompense des choix que j'ai fait et qui ont souvent été contestés. En sortant de ma 3e, nombre de mes professeurs m'ont dissuadée de suivre cette voie, que cela ne me mènerait à rien, que ce n'était pas un métier pour une femme. C'est une belle revanche pour moi, car ce genre de propos peut vite décourager si on manque de volonté. Ce qui n'est pas mon cas.

Que diriez-vous à une jeune fille qui veut faire le choix du BTP, mais qui hésite encore ?

Il lui faudra beaucoup de caractère et d'audace. Moi je suis une fonceuse et une bosseuse, je fais fi des préjugés. Il y a une autre fille dans mon cursus, mais qui s'oriente vers des tâches administratives… Sinon ce ne sont que des garçons. Il y a des places à prendre afin de tendre vers une vraie mixité sur les chantiers.

Quelles sont vos ambitions pour l'avenir ?

Il me reste encore un an de Bac Pro, un BTS, une licence et ensuite, j'espère être embauchée chez Giroud Garampon et grimper les échelons pour devenir chef de chantier VRD et diriger les hommes sur le terrain. Je souhaite me lancer le plus tôt possible dans le métier !




Sarah FRANCO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer