AccueilActualitésRoutes de France, Thierry Morel : "Les hausses des prix impactent notre rentabilité"

Routes de France, Thierry Morel : "Les hausses des prix impactent notre rentabilité"

Porté à la présidence de Routes de France Auvergne-Rhône-Alpes, Thierry Morel, le directeur de l’établissement Savoie Léman d’Eiffage route Centre-Est succède à Arnaud Frayssinet.
Thierry Morel et son prédécesseur, Arnaud Frayssinet.
DR - Thierry Morel et son prédécesseur, Arnaud Frayssinet.

Actualités Publié le ,

Après deux années compliquées, dans quel état se trouvent vos entreprises et comment envisagent-elles l’avenir ?

En 2020, malgré la pandémie, l’année n’a pas été trop mauvaise pour nos entreprises. Elle a même été très enrichissante, car elle nous a amenés à nous remettre en question et nous a finalement rendus plus agiles. En revanche l’année dernière, après un début très dynamique, l’activité s’est essoufflée au fil des mois. Quant à 2022, elle démarre sur de bonnes bases. Nos entreprises ont des carnets de commandes plutôt corrects. Mais nous devons faire face à des hausses de prix exceptionnelles, multiples et surprenantes.

Routes de France : activité en hausse, rentabilité en berne

Pourraient-elles entraîner l’annulation de certains chantiers ?

Non, le niveau d’activité sera bon, mais la rentabilité ne sera certainement pas au rendez-vous. Pour nos entreprises, le prix du bitume est fondamental. Or, il a augmenté de 20 à 25 % avec la guerre en Ukraine et la manière dont sont calculés nos propres prix ne nous permet pas de reporter ces hausses. La circulaire Castex est venue sensibiliser nos clients à cette situation, en leur demandant de recevoir comme il convenait des demandes fondées d’ajustement, mais cette circulaire n’a pas valeur d’obligation. Nous pouvons toujours décaler des chantiers dans le temps, en partant du principe que les choses vont revenir à la normale progressivement, mais ce sera complexe à gérer.

Les petits chantiers font le quotidien de nos entreprises"

Qu’est-ce qui pourrait doper l’activité de la profession ? Le lancement de grands chantiers ?

Il y a plusieurs façons d’aborder les choses, car les entreprises qui composent notre filière sont de tailles très différentes. Mais, si je prends le cas de mon entreprise, ce ne sont pas les grands chantiers qui la font vivre. C’est plutôt la multiplication de petits chantiers privés et publics qui compose notre planning. C’est tout l’entretien communal, l’entretien routier, les marchés récurrents des Départements… autant de chantiers qui, mis bout à bout, font le quotidien de nos entreprises.

La suite de l'article dans notre édition du 26 mai

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?