AccueilRhôneSalle Rameau à Lyon : vers la renaissance "d’un joyau de l’Art nouveau"

Salle Rameau à Lyon : vers la renaissance "d’un joyau de l’Art nouveau"

Interrompu par le Covid et par un changement de majorité municipale, le projet de réhabilitation de la salle Rameau ressort des placards.
Salle Rameau à Lyon : vers la renaissance "d’un joyau de l’Art nouveau"
© Perrod et Richard

Rhône Publié le ,

La rénovation-réhabilitation de la salle Rameau repart avec quelques modifications et un budget travaux une peu revu à la baisse : 12,5 M€ contre 14,5 M€ dans le précédent projet.

Il est toujours confié par la mairie à l’opérateur La Compagnie de Phalsbourg. L’investissement total se monte à 17,3M€. Les premiers coups de pioches, ou plutôt le curage-désamiantage du chantier, ont lieu ce mois de janvier ; livraison programmée premier semestre 2024.

Le premier projet avait été initié sous la houlette du maire Georges Képénékian, alors que Gérard Collomb était ministre de l’Intérieur (2017-2018).

La salle rameau, un morceau d'histoire

La salle Rameau représente à elle seule une histoire du quartier de la Martinière et une tranche d’histoire de l’innovation de la construction lyonnaise, et un des symboles de l’architecture de l’Art Nouveau à Lyon. Construite en 1908 à l’initiative du compositeur et chef d’orchestre Georges Martin Witkowksi, elle prend place au sein d’un quartier en recomposition urbaine au début du 20e siècle : les deux architectes ayant conçu le bâtiment, François Clermont et Eugène Riboud, avaient déjà construit le lycée la Martinière ainsi que quelques immeubles du quartier.

Modulable, la salle pourra adapter ses jauges selon la programmation, et ainsi accueillir 430 personnes assises et 900 personnes en configuration debout.

Elle ne sera plus pivotante, comme prévu au départ, mais comportera un sas phonique à l’arrière pour respecter les normes acoustiques.

La mise à disposition de l’édifice se fait dans le cadre d’un bail emphytéotique administratif d’une durée de 60 ans. A l’échéance de ce bail, la Ville retrouvera la pleine propriété du bien.

L’ambition architecturale du projet demeure inchangée. La restauration des façades d’origine et le projet de surélévation sont maintenus à l’identique. Derrière, à l’intérieur du volume, le projet évolue au plus près de l’esquisse originelle.

La coupole, signal du renouveau de la salle Rameau

Véritable signal, la coupole de l’édifice est restituée à l’identique du gabarit initial. Son dessin historique, réalisé par Clermont & Riboud, est traité de manière contemporaine. La toiture est reprise en brisis-terrasson accueillant de larges verrières permettant d’ouvrir le bâtiment sur les rues qui le bordent.

Les éléments architecturaux emblématiques présents sur les façades sont également valorisés, notamment la marquise située rue Louis Vitet. Les baies bouchées donnant sur la rue de la Martinière sont rétablies et les baies de la rue Louis Vitet démurées. Rue Hippolyte Flandrin, la terrasse est restituée pour le besoin des artistes et d’exploitation de la salle. 4000m2

Réparti sur 6 niveaux totalisant 4000 m2 de surface de plancher, le nouveau lieu culturel présente des espaces diversifiés, repensés pour accueillir une diversité d’usages et de publics. L’immeuble se structure autour de 3 espaces principaux : la salle princiale ; le tiers-lieu en rez-de-chaussée, qui remplace le « culture court » beaucoup moins commercial que prévu auparavant ; les verrières, créés sous les toits, proposent un nouvel espace de restauration et de convivialité intégré à la toiture.

Un projet bas carbone

Dans la lignée de la Stratégie Nationale Bas Carbone, le projet privilégie la réhabilitation à la déconstruction. La structure existante est conservée au maximum : poutres, balcons…

Le réemploi des matériaux issus de la déconstruction est privilégié, ainsi que l’étude capacitaire et technique à l’oeuvre pour le déploiement de la géothermie, la réflexion sur le choix des produits de construction : étude isolants biosourcés, sièges produits en France…

La certification Breeam Bespoke niveau Very Good est recherchée. Le bâtiment bénéficie d’une isolation complète (façades, toiture, menuiseries), en accord avec la règlementation thermique en vigueur, permettant de réduire les consommations d’énergie.

Montant estimé de l’investissement : 17,3M€ HT, Incluant : montant des travaux (Cie Phalsbourg) : 12,5 M€ HT ; montant des travaux (Groupe SOS) : 1,3 M€ HT ; frais annexes : 3 ,5 M€ HT ; bail emphytéotique : 2M€ HT.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

Journal du 21 avril 2022

Journal du21 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?