Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Samuel Minot, président de BTP Rhône et Métropole : "Le BTP est un secteur relativement résilient"

le - - Actualités

Samuel Minot, président de BTP Rhône et Métropole : "Le BTP est un secteur relativement résilient"
BTP RHÔNE ET METROPOLE

"La reprise est réussie, la relance est à faire" : c'est en substance le message qu'a voulu faire passer Samuel Minot, le président de la Fédération BTP Rhône et Métropole.

Président de la fédération BTP Rhône et Métropole, Samuel Minot affiche en cette rentrée un certain optilmisme. "Le BTP est un secteur relativement résilient. Nous sommes habitués aux cycles hauts et bas, nous nous adaptons au marché", confie-t-il. Un atout qui faire dire au président de BTP Rhône et Métropole, que "la reprise du BTP est réussie".

Bien sûr, les choses n'on pas été faciles… Si le guide de préconisation de sécurité sanitaire de l'OPPBTP a permis la reprise des chantiers dès le 3 avril, le coût d'application des mesures anti-Covid ont été "très peu partagés avec les maîtres d'ouvrage, pris en charge à 90 % par les entreprises". Les marges opérationnelles ont donc été impactées.

Peu d'entreprises ont coulé malgré la crise

Mais Samuel Minot souligne le point le plus positif : "Les entreprises qui étaient présentes au 15 mars dernier sont encore là. Le taux de sinistralité est relativement faible. Avec l'aide de l'arsenal mis en place par le Gouvernement, elles ont pu conserver leur appareil productif et au premier chef, leur main d'œuvre, les 51 000 salariés en CDI et CDD." Mais la baisse d'activité devrait être de 15 % sur l'ensemble de 2020, "une grande partie n'étant pas rattrapable".

Reste maintenant à se projeter dans les mois à venir : "Tout le travail que nous avons fait pour maintenir l'emploi et l'appareil productif, il faut maintenant le conserver", prévient le président Minot qui précise : "Sans l'aide de l'Etat et des acteurs locaux, nous ne pourrons pas nous en sortir seuls".

Concernant le volet bâtiment du plan "France Relance", il fait part de sa "grosse déception" sur le neuf, qui représente plus de 50 % de l'activité des entreprises du secteur. Et de rappeler les demandes de la Fédération française du bâtiment : un PTZ (prêt à taux 0) accessible à l'ensemble des foyers et des territoires, la prolongation du dispositif Pinel qui doit s'éteindre fin 2021.

Les dernières annonces d'Emmanuelle Wargon, la ministre chargé du Logement, vont d'ailleurs dans ce sens.

Une rencontre avec Bruno Bernard, en attendant Grégory Doucet

Concernant les élus locaux, Samuel Minot estime qu'ils peuvent aider le secteur du BTP à redémarrer de deux façons. Tout d'abord au niveau du traitement administratif : "Pendant le confinement, il y a eu un arrêt total de l'instruction des permis de construire, avec encore des dossiers papier, uniquement. Il faut remettre ne route les services instructeurs pour accorder ces permis de construire."

C'est ensuite la question clé de la commande publique, particulièrement prégnante pour le secteur de la construction, tout particulièrement pour la branche travaux publics. En attendant d'échanger avec le nouveau maire de Lyon Grégory Doucet, "nous avons déjà rencontré le président de la Métropole Bruno Bernard pour comprendre son programme et ses priorités d'action".

Logement social : un objectif de construction qui interroge

Première inquiétude du président de BTP Rhône : la nouvelle majorité métropolitaine veut se laisser du temps pour travailler sur son PPI (programme pluriannuel d'investissement) qui devrait être opérationnel pas avant la fin de l'année. "Certains chantiers sont suspendus, l'activité des TP est en suspens… Des entreprises envisagent sur du chômage économique dès ce mois de septembre."

La Fédération s'interroge également sur les objectifs, particulièrement ambitieux, de la Métropole en matière de construction de logements sociaux : 6 000 à 8 000 logements par an, alors qu'aujourd'hui, il se construit 4 000 logements neufs, tous types confondus, sur le territoire, rappelle-t-elle. "Il s'agit de se donner les moyens de cette ambition… Le financement du logement social ne pose pas de problème, contrairement à la maîtrise foncière. C'est aux élus d'y travailler."

Samuel Minot souligne enfin qu'il n'est pas prévu de révision du PLUH (plan local d'urbanisme et de l'habitat) : "Une bonne nouvelle", selon le président de la fédération BTP Rhône et Métropole.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer