Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

SATM mise sur le transport décarboné

le - - Ain

SATM mise sur le transport décarboné
DR - Les biocarburants GNV et bioGNV présentent nombre d'avantages qui n'ont pas échappé à SATM, la filiale transports du groupe Vicat basé à Lisle-d'Abeau

Depuis bientôt deux ans, la filiale transports de Vicat distribue sur son site de Chambéry du GNV et bioGNV pour les transports de marchandises, de voyageurs et pour tout véhicule pouvant utiliser cette énergie

En décembre 2019, le transporteur SATM, filiale du groupe Vicat, inaugurait sur son site de Chambéry (73) la première station GNV et bioGNV adaptée aux transports décarbonés. Fruit d'un partenariat réussi avec la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR) et Proviridis, spécialiste de la conception de stations de distributions de carburants basé dans les Bouches-du-Rhône, le projet allait dans le sens « d'une alternative écologique et économique intégrant la mobilité durable ».

Lauréate en son temps de l'appel à projet lancé par l'Ademe, la région Auvergne-Rhône-Alpes et GRDF pour densifier le nombre de points de distribution GNV et BioGNV dans la région, la station de la SATV alimente depuis les transports de marchandises, de voyageurs et tout véhicule pouvant utiliser cette énergie.

Qu'est-ce que le GNV et le bioGNV ?

Le gaz naturel pour véhicules est du gaz naturel utilisé comme carburant automobile principalement utilisé dans les véhicules lourds, camions, cars et bus. Constitué d'environ 96% de méthane, il s'agit du même produit que celui distribué en France sur le réseau GRDF pour un usage domestique ou industriel.

Alors que le GNV provient habituellement de sources fossiles, le bioGNV est obtenu de la méthanisation de déchets organiques divers et parfois combinés : ordures ménagères, boues des stations d'épuration, produits agricoles et tontes des espaces verts, résidus de l'industrie agroalimentaire ou de la restauration collective, etc. Il s'agit donc d'un carburant économique, respectueux de la santé et de l'environnement, particulièrement adapté à la propreté urbaine.

Son coût est en effet de 20 à 30% inférieur à celui du gasoil. Il n'émet quasiment aucune particule fine (-95 % par rapport à la norme Euro VI) et représente 50 % de NOx en moins par rapport au seuil de la norme. Les défenseurs de l'environnement peuvent encore mettre en avant que le BioGNV permet une réduction de 80 % des émissions globales de CO2, le CO2 libéré à l'échappement est équivalent au CO2 absorbé par les végétaux méthanisés. Les véhicules utilisant ce carburant écologique sont en moyenne deux fois moins bruyants, ce qui améliore les conditions de travail des chauffeurs et offre une meilleure qualité de vie aux riverains. Le GNV est d'ailleurs classé en catégorie 1 pour les vignettes Crit'Air grâce à ses performances environnementales, quel que soit le type de véhicule concerné.




Jean-Marc PERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer