AccueilActualitésSauver les entreprises de la filière foret-bois

Sauver les entreprises de la filière foret-bois

Dix organisations professionnelles représentant les principaux acteurs français de la transformation du bois viennent de signer le manifeste lancé par la Fédération Nationale du Bois (FNB), organisation représentative des exploitants forestiers, scieurs et industriels du bois français. Face à une situation économique catastrophique, ce manifeste appelle les professionnels et les Pouvoirs publics à prendre une série de mesures visant à favoriser la transformation du bois en France et à pérenniser l'activité des entreprises du secteur.
Sauver les entreprises de la filière foret-bois

Actualités Publié le ,

En effet, en raison de la hausse exponentielle des exportations de bois brut, en particulier vers la Chine, les professionnels de la transformation du bois sont confrontés à un cruel manque de matière première hexagonale, mettant en danger 100 000 emplois dans les régions françaises. Entre 2007 et 2014, le volume de grumes de chêne disponible pour les scieries françaises a par exemple été divisé par deux. Cette problématique conjuguée aux conséquences des intempéries, des inondations et des grèves récentes plongent des centaines d'entreprises dans une situation tellement dramatique que certaines ont du placer une partie de leurs effectifs au chômage technique depuis quelques semaines.

Les premiers appels à l'aide de la FNB ont en partie été entendus par les Pouvoirs publics, puisqu’une première mesure d’urgence, relative aux distorsions de concurrence sanitaires infligées aux scieries françaises, est entrée en vigueur. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt a ainsi confirmé, à plusieurs reprises, l’application au 1er juillet de l’interdiction du traitement chimique par pulvérisation de cyperméthrine sur les grumes destinées à l’international. Il est en effet d’ores et déjà possible de remplacer ce produit, que l'ANSES juge dangereux pour l'environnement et les forestiers, par des traitements alternatifs et durables, comme l’écorçage, le traitement thermique ou la fumigation en enceinte agréée. Ces solutions sont déjà utilisées par les belges et les allemands.

Une lourde menace sur l’activité : 100 000 emplois menacés

Le départ massif des grumes vers la Chine est catastrophique pour les industries hexagonales, privées de matière première à transformer. C’est pourquoi la Fédération Nationale du Bois alerte les Pouvoirs publics sur les lourdes menaces pesant sur les activités des entreprises de transformation du bois, qui emploient environ 100 000 collaborateurs. La transformation des grumes est en effet source d’une importante valeur ajoutée, contrairement à l’exportation. La transformation du bois génère 10 fois plus d’emplois que l’exportation : on compte 1 emploi en France pour 10 000 m3 de grumes exportés contre 10 emplois pour 10 000 m3 de grumes transformés sur le territoire. Si les prélèvements de grumes destinés à la Chine continuent de croître, beaucoup de scieries vont devoir cesser leurs activités et licencier leurs collaborateurs.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?