AccueilActualitésStéphane Reymond, Vinci Immobilier : "Le coût de revient des opérations a augmenté de 30 % en deux ans"

Stéphane Reymond, Vinci Immobilier : "Le coût de revient des opérations a augmenté de 30 % en deux ans"

Pour le directeur régional de Vinci immobilier, Stéphane Reymond, le secteur n'a pas été épargné par les crises depuis quelques années.
Le directeur régional de Vinci immobilier, Stéphane Reymond.
DR - Le directeur régional de Vinci immobilier, Stéphane Reymond.

Actualités Publié le ,

Pour Stéphane Reymond, directeur régional de Vinci Immobilier, l'heure n'est pas à la fête. "La production de logement a été divisée par plus de deux, en quatre ans, sur le territoire de la Métropole de Lyon et, en 2022, la baisse des réservations a été de l’ordre de 15 %."

"L'industrie immobilière est clairement grippée" (Stéphane Reymond"

Selon lui, "l'industrie immobilière est clairement grippée, car il y a une absence de volonté politique indiscutable. Certains maires ne signent pas, ou très peu, de permis de construire. De ce fait je crains que beaucoup d’opérations ne sortent pas en 2023."

Stéphane Reymond le rappelle, il est "urgent d’agir pour lever tous les points de blocage qui grippent la machine immobilière. Mais il y a beaucoup d’inquiétude dans la profession. Aussi bien dans le résidentiel que dans l’immobilier d’entreprise. Car les crises et crispations s’enchainent. Et cela ne date pas de 2022."

Nos acheteurs doivent non seulement faire face à l’inflation qui touche les produits du quotidien, mais également à une solvabilité nettement dégradée, en raison notamment de l’envolée des taux d’intérêt."

Il est vrai que, entre la crise sanitaire, l’augmentation du prix des matériaux, celle du prix des énergies, les nouvelles réglementations environnementales, les taxes complémentaires auxquelles la profession doit faire face à beaucoup d'aléas. "Tous ces points de crispations renchérissent le coût de revient des opérations, qui a dû augmenter d’environ 30 % en deux ans et qui sera bientôt supérieur au prix de vente. Ce n’est pas acceptable pour nos entreprises."

En parallèle de cette crise de l’offre, Stéphane Reymond dénonce une "crise de la demande. Car nos acheteurs doivent non seulement faire face à l’inflation qui touche les produits du quotidien, mais également à une solvabilité nettement dégradée, en raison notamment de l’envolée des taux d’intérêt. Ils ne peuvent donc plus mener à bien leurs projets immobiliers."

Partager :

Ce que les acteurs du BTP imaginent pour 2023


Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 février 2023

Journal du02 février 2023

Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?