AccueilRhôneTraitement des déchets : les défis du groupe DBS

STRATEGIE Traitement des déchets : les défis du groupe DBS

AMDG Private Equity entre au capital du groupe DBS. Une nouvelle levée de fonds qui permettra des investissements à hauteur de 5,5 millions d'euros sur les sites de Colombier-Saugnieu (Rhône) et de Saint-Germain-sur-Renon (Ain). Le groupe annonce également la création d’un troisième site dans l’Ain.
Traitement des déchets : les défis du groupe DBS
© DR

Rhône Publié le ,

En 2015, le groupe DBS (Dépôts Bennes Services) fondé en 1989 à Colombier-Saugnieu (Rhône) par Raymond Hernandez avait procédé à une première levée de fonds qui allait permettre le développement de la société présidée aujourd’hui par David Hernandez et spécialisée dans la collecte, le traitement et la valorisation des déchets.

En six ans, le chiffre d’affaires avait connu une forte progression, à hauteur de 7,5 millions d’euros. L’opération vient de se reproduire avec l’entrée au capital du groupe du fonds d’investissement lyonnais AMDG Private Equity représentée par Vanessa Rousset et Thomas Barrochin.

"Intensifier les investissements en doublant la capacité de production"

"Après des échanges avec plusieurs fonds d’investissement Parisiens et Lyonnais, nous avons choisi AMDG comme partenaire entrepreneurial de confiance et de proximité pour nous accompagner dans notre fort développement futur", explique David Hernandez.

Du côté de l’état-major de DBS, on assure encore que "cette arrivée permettra d'intensifier les investissements en doublant la capacité de production grâce à la construction d'une nouvelle chaîne de tri. Un investissement à hauteur de 5,5 millions d’euros porté par le Groupe DBS, AMDG Private Equity et les banques (BNP, BRA, Caisse d’épargne, Crédit Agricole et BPI)."

© DR / David Hernandez : "Nous avons choisi AMDG comme partenaire entrepreneurial de confiance et de proximité"

Une étape incontournable

Aujourd'hui, le métier étant en constante évolution (environnement, matériels, bennes, camions, innovations technologiques…), le groupe DBS estime que cette nouvelle levée de fonds était devenue incontournable pour mener à bien les travaux d'extension et d'aménagements.

Il annonce viser le développement de sa présence locale afin de mieux trier les déchets du BTP, de l'industrie et des collectivités locales. Le futur centre de tri permettra, par son architecture et sa technicité, d'augmenter le taux de valorisation en le faisant passer de 75 % à 82 %.

Avec la nouvelle chaine de tri, les volumes de déchets non valorisables envoyés en incinération et en enfouissement seront réduits (25 % à ce jour contre 18 % avec la nouvelle ligne de tri).

"Nous répondrons ainsi aux attentes nationales car la loi de transition énergétique impose de diviser par deux les tonnages de déchets enfouis à l'horizon 2025, expliquent les responsables du groupe rhodanien, explique David Hernandez.

"Les attentes régionales aussi en fonction des objectifs du Plan régional de prévention et de gestion des déchets. Cet investissement permettra la création d’emplois et l'amélioration des conditions de travail grâce à un outil plus moderne et ergonomique."

© DR

Agrandissement en vue à Colombier-Saugnieu

Un autre projet est l’agrandissement de la plateforme d’exploitation du site de ColombierSaugnieu qui s’étend déjà sur 32 000 m2 .

"Le but sera de réserver des zones de stockage et de massification à davantage de petits flux de valorisation comme le PVC, les fenêtres, les gaines... assure-t-on chez DBS. Nous allons également mieux stocker, à l'abri des intempéries, les matières recyclables comme le carton et le plâtre afin d'en améliorer encore la qualité", détaille David Hernandez.

"Ces aménagements permettront de limiter les risques inhérents à notre activité (volume de stockage et risques incendie). Avec 35 000 m² de surface exploitée supplémentaire, nous isolerons chaque stock de déchets. Les variations saisonnières de capacités d'évacuation de certains déchets recyclables (particulièrement le bois) pourront être gérées en sécurité grâce à cette surface viabilisée supplémentaire."

Des investissements dans l’Ain

Le groupe DBS dispose d’un deuxième site à Saint-Germain-surRenon dans le département de l’Ain. Cette plateforme de transit, autrefois propriété de la société LBTP avant son rachat par DBS en 2015, profitera également du coup de booster provoqué par la nouvelle levée de fonds.

Avec ses 7 000 m2 , elle a atteint ses limites en termes de capacité de tri de déchets et de développement de l'activité ce qui pousse l’état-major de DBS a annoncé l’acquisition d’un nouveau site, toujours dans l’Ain.

Le groupe DBS, constitué de trois sociétés, DBS, LBTP et Valomet, spécialiste de la valorisation des métaux et ferrailles reprise en 2017, se positionne plus que jamais comme un acteur de proximité se voulant "efficace et très réactif" en grande région lyonnaise.

En 2020, le groupe qui emploie une cinquantaine de personnes pour un chiffre d’affaires de 12,5 millions d’euros (2020), a traité 175 000 tonnes de déchets non dangereux.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?