Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Trois ans et demi de travaux pour le palais de justice de Vienne

le - - Isère

Trois ans et demi de travaux pour le palais de justice de Vienne
©Awa architectes - Un ascenseur sera installé sur le parvis depuis la rue Charles-De-Gaulle

Il aura fallu près de 10 ans pour le projet aboutisse : les travaux de restructuration du tribunal judiciaire, situé place Charles-De-Gaulle, viennent d'être lancés. L'opération durera trois ans et demi, pour une livraison en juillet 2024.

« L'objectif de ce chantier d'envergure est de rendre accessible tous les services du palais de justice aux personnes à mobilité réduite, souligne Audrey Quey, procureure de la République de Vienne. Cette restructuration s'accompagnera d'une modernisation des locaux pour gagner en fonctionnalité et permettre un réaménagement des services, en vue d'une augmentation des effectifs dans les prochaines années. »

Compte tenu de la configuration actuelle des bâtiments, et notamment l'entrée qui est située sur un parvis accessible uniquement par des escaliers, un ascenseur extérieur sera installé en complément. Par ailleurs, un ascenseur sera également mis en place au sein du bâtiment principal afin de rendre accessibles les différents niveaux. Les espaces ouverts au public seront nettement délimités grâce à un traitement minéral au sol qui débutera depuis le parvis et concernera également la salle d'audience principale, surélevée et totalement rénovée.

Pour des raisons de sécurité et de fonctionnalité pour le personnel judicaire, l'organisation spatiale a été repensée, et les espaces accessibles au public seront limités aux espaces d'accueil, bureaux d'auditions et salles d'audiences. C'est le bâtiment A dont l'entrée est située rue de Bourgogne qui fera l'objet d'une rénovation lourde, visant à optimiser l'agencement de chaque étage et faciliter l'accès à la salle d'audience située au niveau 2.

Quatre phases de travaux

Au terme de cette restructuration, le bâtiment A abritera les services pénaux et le parquet, y compris un espace d'attente sécurisée pour les prévenus, alors que les bâtiments B et C hébergeront les services civils.

Le chantier, qui devrait s'achever en juillet 2024, comporte plusieurs phases de travaux compte-tenu de son avancement en site occupé. En préambule au lancement des travaux, en décembre dernier, trois services ont quitté le palais pour emménager dans les anciens locaux du conseil des prud'hommes, rue du 11-Novembre. Il s'agit des services des tribunaux aux affaires familiales, aux affaires de sécurité sociale (Tass) et le tribunal pour enfants qui réintégreront le palais de justice à la fin du chantier.

Ce relogement a permis de libérer certains secteurs du palais afin d'accueillir les personnels des services impactés par la phase 1 des travaux. Après le déménagement, une phase préparatoire de cinq mois a été entreprise jusqu'en juin 2021, date à laquelle débuteront les trois autres phases prévues. « C'est un jeu de chaises musicales. La phase 1 durera six mois et concernera le parvis ainsi que les bâtiments C et BC, ceux du fond qui ne sont pas visibles de la rue, des travaux seront menés de juillet 2021 à avril 2022. Pendant ces travaux l'accès au TJ sera fera provisoirement depuis le bâtiment A, rue de Bourgogne. Puis la phase 2, entre mai 2022 et août 2023, sera centrée autour du bâtiment A. Et enfin la phase 3, entre septembre 2023 et juillet 2024, dédiée au bâtiment B et à la fin du parvis », détaille la procureure.

Une opération à 12 M€

Au-delà de cette rénovation, les travaux s'accompagnent de la modernisation et de l'ajout d'équipements techniques performants (ventilation, sûreté, sécurité incendie, réseaux informatiques, visioconférence, etc.) et de grosses interventions d'entretien, notamment sur le bâtiment principal, avec le remplacement des menuiseries extérieures, ainsi que la réfection des façades et des toitures. « Même si cohabiter avec un chantier en site occupé pendant trois ans et demi sera difficile, ces travaux sont attendus depuis de longue date afin nous permettre à terme de travailler dans de meilleures conditions », conclut Audrey Quey.

Cette opération d'un montant d'environ 12 M€ TTC, comprenant les prestations intellectuelles et les travaux, inscrite dans la loi de programmation 2018-2022 et de réforme de la justice publiée le 23 mars 2019, est financée sur le budget immobilier de l'Etat, services judiciaires, et au titre du Plan de relance pour les bâtiments de l'Etat à hauteur de 2.1 M€.




Sevim SONMEZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer