Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Loire : un plan de relance à l'étude pour l'artisanat

le - - Loire

Loire : un plan de relance à l'étude pour l'artisanat
DR

Largement portée par Bernard Stalter, président de CMA France, décédé lundi 13 avril des suites d'une contamination au Covid-19, la feuille de route de CMA France à destination du gouvernement défend différents axes pour la relance du secteur de l'artisanat. Dans la Loire comme ailleurs, la situation est critique.

La Chambre de métiers et de l'artisanat (CMA) de la Loire a été contrainte de revoir son fonctionnement, comme un certain nombre de structures. Bien que fermée au public, la chambre consulaire maintient le contact avec les 17 000 entreprises artisanales du territoire, dont les dirigeants - dans l'expectative d'une reprise qui s'annonce d'ores et déjà complexe - se trouvent dans une inquiétude légitime.

Selon une enquête réalisée par la chambre régionale sur le périmètre Auvergne-Rhône-Alpes, près de 6 artisans sur 10 expriment un fort, voire un très fort niveau de crainte quant à la pérennité de leur entreprise. Depuis le début de la crise, ils enregistrent une perte de 50 % de leur chiffre d'affaires. Pour identifier les problématiques et répondre aux interrogations des chefs d'entreprise, une campagne d'appels sortants sera menée par une dizaine d'agents de la chambre. L'objectif étant, selon le président ligérien Georges Dubesset, « de délivrer un premier niveau d'information et, pour les cas les plus pointus, d'obtenir une réponse dans la journée ».

Le souhait d'annuler les charges

Face aux différentes aides mises en place pour soutenir les entreprises et à la complexité des conditions d'obtention, « le dirigeant est perdu et a souvent besoin d'une analyse extérieure, admet le président de la chambre, soucieux de la situation. Si les problèmes de trésorerie sont légion et concernent 80 % d'entre eux, le plus grave est le report des achats et des investissements pour un tiers, ce qui préfigure la crise à venir ».

Aussi l'annulation pure et simple, et non pas le report des charges, est-elle le vœu défendu par la CMA, qui est intervenue auprès des parlementaires ligériens pour appuyer cette thèse. Fragilisées par le mouvement des Gilets jaunes, puis par les mouvements sociaux liés à la réforme des retraites, certaines entreprises ne pourront tout simplement pas payer leurs charges, 60 % d'entre elles étant à l'arrêt. « Une reprise, cela passe toujours par la confiance. Dans ce contexte, il faudra une confiance sanitaire et économique », présage Georges Dubesset.

La population doit jouer le jeu

Pour amorcer la reprise, CMA France finalise un plan de relance. Ce document de treize pages invite le gouvernement à se prononcer en faveur de la défiscalisation des heures supplémentaires qui seront utiles pour accompagner la relance, la relocalisation des produits industriels, une relance verte et durable et le développement des plateformes de vente pour les artisans. Il préconise également de s'appuyer sur des fonds européens.

Tout aussi important, le soutien de la population. Le président de la chambre ligérienne le reconnaît. « J'aimerais bien que les parutions que nous voyons fleurir, notamment sur les réseaux sociaux, soient suivies d'effets. Si les consommateurs semblent prendre conscience aujourd'hui qu'il faut valoriser les filières locales et de proximité, nous aurons besoin d'eux... Surtout demain ».

Georges Dubesset, président de la CMA de la Loire

Un secteur sous tension

L'enquête réalisée par la CMA Auvergne-Rhône-Alpes auprès de 20 000 entreprises artisanales révèle que, pour faire face à la crise, 48 % d'entre elles ont interrompu leurs activités, même quand celles-ci étaient autorisées. 28 % ont systématisé des contacts téléphoniques avec leurs clients et 26 % ont cessé les prestations avec contact client. Par conséquent, 84 % des entreprises observent des tensions sur leur trésorerie. Elles ont eu recours au chômage technique ou n'ont pas renouvelé leurs CDD à 44 %. Enfin, 31 % ont reporté leurs achats ou investissements. Globalement, dans tous les secteurs de l'artisanat, plus de 80 % des artisans prévoient une chute du niveau d'activité, du chiffre d'affaires et de la trésorerie au cours des prochains mois. 6 artisans sur 10 redoutent une fermeture.




Stéphanie VÉRON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer