AccueilLoireUn potentiel de chantiers pour le BTP du Roannais

Un potentiel de chantiers pour le BTP du Roannais

Réunie pour son assemblée annuelle, la Fédération du BTP du Roannais espère pouvoir s'appuyer sur les projets de chantiers de la ville-centre et de l'agglomération.
Yves Nicolin, Thierry Vidonne et Nicolas Beaume lors de la signature de la charte
© Jean-François Vaizand - Yves Nicolin, Thierry Vidonne et Nicolas Beaume lors de la signature de la charte

Loire Publié le ,

Les entrepreneurs BTP du Roannais aiment leur territoire. Pour mettre en valeur son dynamisme, ils ont invité Yves Nicolin, maire de Roanne, à présenter le projet de l'îlot Foch-Sully lors de leur soirée annuelle, le 12 décembre, au château de Champlong à Villerest. Ce vaste espace commercial et résidentiel va changer en profondeur le cœur de la cité d'ici trois ans, laissant entrevoir d'importants chantiers pour les entreprises locales.

Grâce à des voies de communication enfin modernisées (A 89, RN 82) et en agissant sur plusieurs leviers (foncier, immobilier, enseignement supérieur, tourisme, équipement commercial), le Roannais a créé, selon l'élu, les conditions pour diversifier son économie : « La Ville et son agglomération prévoient de gros investissements (89 M€ chacune lors du mandat en cours) parce que c'est la dynamique du changement. Depuis 2017, le chômage a baissé de 6,7 % dans l'agglomération ».

L'îlot Foch-Sully, tout comme l'aménagement des bords de Loire ou la rénovation de la voirie, en forte hausse, sont autant de chantiers potentiels. « Nous manquons d'entreprises locales pour répondre à nos appels d'offres, déplore toutefois Yves Nicolin. Sur les gros chantiers, elles ont intérêt à se grouper ». Un appel relayé aussi par Thierry Gardette, responsable du BTP du Roannais, qui recense 108 entreprises (+4 % en un an), pouvant compter aussi sur d'autres commandes publiques locales comme le lycée Chervé et le lycée Jean-Puy, à l'aube de gros travaux.

Président de la Fédération BTP Loire, leader de la profession (700 entreprises, 8 900 salariés), Thierry Vidonne s'est attardé sur un sujet attendu : le mouvement des « gilets jaunes ». Si certains artisans étaient présents sur les barrages, la crise a selon lui assez duré. Les annonces sur la défiscalisation des heures supplémentaires, le retour des corps intermédiaires dans le débat vont, pour lui, dans le bon sens. En revanche, certaines dispositions (Crédit d'impôt sur la transition énergétique, Prêt à taux zéro, loi Pinel), ôtées de la loi de Finances, ont fait chuter les permis de construire. Pour l'A 45, « qui nous concerne tous », le président Vidonne veut garder l'espoir « si on arrive à prolonger la DUP au-delà de 2020 ».

« Notre filière vit une révolution sociale et une révolution technique avec la dématérialisation, le travail sur maquette numérique et le travail collaboratif. Cela nous oblige à être ensemble. La Fédération est là pour ça », a-t-il poursuivi, tout en restant prudent dans un contexte meilleur : « La marge des entreprises se resserre et ne profite pas de la bonne activité. Des réveils pourraient être difficiles ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?