Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Une première balayeuse hydrostatique pour Volvo Trucks

le - - Matériel

Une première balayeuse hydrostatique pour Volvo Trucks
© Johnston Sweepers Limited

Présentée au salon Ifat (du 14 au 18 mai à Munich), l'innovation du constructeur suédois, équipée de la transmission automatique Allison, bénéficie d'une productivité améliorée, d'une réduction du coût de possession et d'un confort accru pour le conducteur.

Le châssis est un Volvo FL 250 4x2, propulsé par un moteur Diesel de 7,7 l de 250 ch (184 kW), délivrant un couple jusqu'à 950 Nm, associé à la transmission automatique Allison 3200. En mode balayage, la transmission hydrostatique, intégrée dans la chaîne cinématique, permet le contrôle progressif de la vitesse selon deux modes (de 0 à 40 km/h en vitesse rapide et de 0,1 à 16 km/h en mode balayage). En mode transport, la boîte de coupure, elle aussi intégrée, désaccouple la transmission hydrostatique ; la transmission Allison prend alors le relai avec des vitesses de conduite conventionnelles jusqu'à 80 km/h.

Grâce à son empattement court de 3 350 mm, la balayeuse est extrêmement maniable, ce qui offre des avantages certains pour le nettoyage des rues dans les zones urbaines aux voies étroites. Le véhicule apparaît aussi intéressant en termes de consommation de carburant et d'émissions, puisque la transmission Allison dispose d'une technologie d'économie de carburant qui sélectionne automatiquement le programme de changement de rapport optimal en fonction du cycle de service et de l'état de la route. De plus, la coordination entre l'Allison 3200 et une unité hydrostatique élimine le besoin d'un deuxième moteur à combustion, réduisant ainsi les émissions et le bruit.

La transmission Allison utilise un convertisseur de couple au lieu d'un embrayage à sec traditionnel pour multiplier en douceur le couple du moteur pendant le démarrage et l'accélération. Elle offre alors des changements de rapport ininterrompus et continus pour une vitesse moyenne accrue, une meilleure productivité et un confort supérieur pour l'opérateur. Enfin, sa maintenance nécessite moins de temps et de coûts qu'une transmission manuelle ou automatisée, qui nécessitent périodiquement des temps d'arrêt pour le remplacement de l'embrayage.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer