AccueilActualitésValobat s’engage pour un bâtiment circulaire

Valobat s’engage pour un bâtiment circulaire

Créé officiellement au mois d’août, l’éco-organisme Valobat veut parvenir à 100 % de valorisation des déchets de la construction. Une ambition que son président explique à l’occasion d’un rapide tour de France.
Valobat s’engage pour un bâtiment circulaire
Jacques Donnay

Actualités Publié le ,

Précédemment directeur général de sociétés mettant en marché des produits de la construction, comme les filiales de Saint-Gobain Placoplatre et Isover, Hervé de Maistre a pris les commandes de l'éco-organisme Valobat cet été. Installé à Paris, il annonce un objectif clair : parvenir à terme à 100 % de valorisation des déchets de la construction. Un véritable défi. Car chaque année, le bâtiment génère 45 millions de tonnes de déchets en France.

"La vocation de Valobat est de rendre la construction circulaire, précise-t-il. Pour cela, les déchets doivent être mieux valorisés, mieux recyclés. Et pour y parvenir, il faut que les bâtiments que nous allons construire à l’avenir soient plus démontables, plus recyclables, et qu’ils incorporent plus de matières premières recyclées… En résumé, il s’agit d’améliorer le bilan environnemental de la construction."

Un travail d’information, certes, mais qui passera en premier lieu par des obligations, puisque la loi qui porte la responsabilité élargie des producteurs impose à ces entreprises d’adhérer à un éco-organisme et de le financer via une éco-contribution. Celle-ci devrait entrer en vigueur fin 2022. Elle impactera toutes les entreprises qui mettent sur le marché des produits et matériaux du bâtiment.

Avec l’éco-contribution, ces entreprises prendront ainsi en charge la gestion de la fin de vie de leurs déchets. "Attention, un éco-organisme est une société à but non lucratif, rappelle Hervé de Maistre. Nos rentrées d’argent sont 100 % équilibrées par nos dépenses, qui portent sur l’organisation des filières de déchets : tri, recyclage… Mais aussi sur la préparation de l’avenir avec de la R&D et tout un travail de sensibilisation des acteurs du marché."

Valobat, des représentations dans toutes les régions

Valobat est en train de s’organiser pour atteindre ses objectifs sur tout le territoire national, avec l’installation de directeurs régionaux. "C’est indispensable, car dans le bâtiment les choses se passent localement", explique Hervé de Maistre. Réunis au sein de la direction des opérations, ces derniers se chargeront d’organiser la connexion entre Valobat et les acteurs de leur territoire respectif : gestionnaires de déchets, collectivités locales et territoriales…

"Nous aurons des représentations dans toutes les régions. D’où ce tour de France que nous avons débuté à Lille, avant de le poursuivre à Nantes. Après Lyon, nous passerons par Paris, Toulouse et Marseille", poursuit-il, évoquant un deuxième périple un peu plus tard.

En dialogue constant avec la FFB et la Capeb, Valobat s’attaque à un grand chantier de sensibilisation des différents acteurs du bâtiment. "Car la filière rassemble des centaines de milliers d’intervenants, avec des niveaux de prise de conscience très divers. Mais je sens qu’il y a vraiment une évolution. On ne peut plus continuer à construire et à traiter les déchets comme avant et tout le monde en est conscient", tranche le président de Valobat.

Valobat aura pour mission... de prendre en charge pour ses adhérents la gestion de la fin de vie des produits ou matériaux du bâtiment ; de reprendre sans frais tous les flux de déchets collectés séparément grâce au développement d’un maillage de points de collecté adapté ; d’accélérer le développement des filières de valorisation, de recyclage et de réemploi du bâtiment pour recréer de la valeur à ses déchets ; d’accompagner l’évolution des pratiques de l’ensemble des acteurs de la filière.

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?