AccueilRhôneVaulx-en-Velin : Bâtir positif, le bureau d'études engagé

Vaulx-en-Velin : Bâtir positif, le bureau d'études engagé

Bâtir positif, le bureau d’études de Vaulx-en-Velin s’est donné pour mission d’accompagner et optimiser les projets de construction et rénovation.
Vaulx-en-Velin : Bâtir positif, le bureau d'études engagé

Rhône Publié le ,

Construire de façon durable et responsable. Un concept qui, ces dernières semaines, a le vent en poupe. Mais si, pour certains, il s’apparente plus à une opération de communication voire même de green washing, pour Habib Boubia, c’est devenu un vrai leitmotiv.

Bâtir positif veut réduire l'empreinte carbone des bâtiments

"Ma réflexion a muri tout au long de ma carrière, explique d’ailleurs le fondateur de Bâtir positif, un bureau d’études spécialisé dans l’accompagnement et l’optimisation des projets. Et aujourd’hui, je suis convaincu que le bâtiment n’a pas d’autre choix que de réduire son empreinte carbone et sa consommation énergétique."

Pourtant, il y a quelques années, le chef d’entreprise vaudois était loin de ces considérations environnementales. "J’ai démarré de façon assez classique, chez Vinci construction, en tant que conducteur de travaux. Et, au fil du temps, je me suis rendu compte que la profession était trop cloisonnée. Il y avait un manque de transparence entre les architectes, les entreprises, les concepteurs… Ce qui générait souvent un manque d’efficacité."

Je me suis dit que le bâtiment était dans une posture qui n’était pas responsable"

C’est en 2015 que la carrière d’Habib Boubia change de trajectoire. "A cette époque, j’ai pris conscience de l’impact environnemental de nos métiers. Et ça a été une douche froide."

Une révélation qui a alors déclenché une envie d’agir au quotidien. "Je voulais, à mon échelle, faire bouger les choses. Et surtout, ne plus subir." Pour ça, Habid Boubia fait d’abord le choix de se former. "J’ai repris des études sur la construction passive, la thermique, sur la paille, le biosourcé ou encore la terre. J’ai aussi passé un master 2 en management de l’innovation."

Mais, en 2016, la découverte de la responsabilité sociétale fera office de catalyseur. "Là, je me suis dit que le bâtiment était dans une posture qui n’était pas responsable. Pourtant, comme dirait Spiderman, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, paraphrase le fan de Marvel. Il fallait faire bouger les lignes."

Plus d'infos dans notre édition du 30 juin

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?