AccueilIsèreVienne : « Action cœur de ville » est en chemin

Vienne : « Action cœur de ville » est en chemin

À l'instar de Voiron et Bourgoin-Jallieu, Vienne a été retenue dans ce dispositif national d'aide à la redynamisation des centres-villes. La convention doit être signée dans les semaines à venir et pour six ans.
Vienne : « Action cœur de ville » est en chemin
© Xavier Alix - La réfection à venir du cours Romestang sera liée au dispositif

Isère Publié le ,

« On ne part pas de rien, bien au contraire », rappelle le maire Thierry Kovacs à propos des initiatives financées par « Action cœur de ville ». Et c'est bien un des éléments qui interpellent vis-à-vis de ce dispositif destiné aux villes moyennes, annoncé par le gouvernement au printemps dernier. On parle d'un total de 5 Md€ bénéficiant à 222 centres-villes. S'il reste impossible d'obtenir les critères « officiels » qui ont permis de sélectionner les lauréats, Vienne aurait été sélectionnée car sa politique municipale démontre une volonté marquée de redynamiser son centre, tant en termes d'habitat que de commerces.

La Ville de Vienne se doit de continuer à avancer dans un contexte financier toujours plus contraint. Selon Thierry Kovacs, la dégradation des centres-villes sur les deux dernières décennies n'appartient évidemment pas qu'à Vienne. Mais cette dernière a subi la concurrence des grandes zones commerciales de Chasse-sur-Rhône et de Salaise, ou encore de la proximité de la métropole lyonnaise. Elle aura peut-être à souffrir du Village de marques de Villefontaine... En 2017, son centre comptait 15 % de vacance commerciale, contre 11,41 % en 2011. Ce chiffre a enfin reculé par rapport à 2016, après une décennie de hausse. Selon la mairie, le fruit de sa politique : démarchages des enseignes, communication, rapprochement des associations de commerçants, politique de stationnement, droit de préemption et remembrement sur les commerces, etc.

Côté habitat, la vacance s'élève à 18 % dans le centre (10 % sur la ville). La commune répond via des programmes de réhabilitation et de dynamisation de l'habitat, de rénovation de l'espace public, de conception de nouveaux espaces verts… La convention qui sera signée avec l'État détaille ce diagnostic, tandis que les financements prévus appuieront de nombreuses actions déjà entreprises. À noter que la Région a décidé de se joindre au dispositif en finançant ses communes sélectionnées : 1,8 M€ en moyenne.

Si la Ville s'engage à poursuivre ses analyses locales pour identifier les besoins d'aménagement, bien d'autres sont d'ores et déjà envisagés. Citons les aménagements d'ampleur au Jardin Cybèle (1,6 M€ de travaux envisagés), la rénovation du sud du cours Brillier d'ici 20120 (2,8 M€), ou encore celle du cours Romestang, qui fera l'objet de diverses concertations… Signée d'ici quelques semaines pour six ans (tout engagement financier sera pris avant 2023), la convention n'a rien de définitive et sera revue régulièrement.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?