AccueilActualitésVincent Gaud, président CMA Auvergne-Rhône-Alpes : "Des artisans synchronisés à l’époque"

Vincent Gaud, président CMA Auvergne-Rhône-Alpes : "Des artisans synchronisés à l’époque"

Pour Vincent Gaud, président de la CMA Auvergne-Rhône-Alpes, l'artisanat est un des derniers ascenseurs sociaux.
Vincent Gaud, président CMA Auvergne-Rhône-Alpes : "Des artisans synchronisés à l’époque"

Actualités Publié le ,

Comment expliquez-vous le regain d’attractivité pour les métiers de l’artisanat ?

La grande force de l’artisanat, c’est de donner du sens. Une notion qui a pris de l’ampleur auprès des personnes. Être artisan permet de créer, tout de suite, quelque chose qui se voit. Pour beaucoup, créer son entreprise artisanale, à partir d’une passion, ou d’un savoir-faire, c’est donner du sens à son quotidien. L’artisanat est aussi un des derniers ascenseurs sociaux. Il n’y a pas besoin de grand-chose pour se mettre à son compte : juste un savoir-faire. Et on peut très bien gagner sa vie. Enfin, je crois que l’artisanat a réussi à se synchroniser avec l’époque.

"Les jeunes pensent s’essayer à la création d’entreprise un jour, et le plus simple c’est d’y entrer par l’artisanat"

C’est-à-dire ?

On a été capables de s’adapter aux besoins. Il y a beaucoup de nouveaux métiers dans l’artisanat, liés à la transformation écologique, à la transformation numérique… Dans les grandes entreprises, il y a une latence, il faut du temps pour se caler. L’artisan est très réactif, c‘est d’ailleurs ce qui explique que les créations sont restées dynamiques durant le Covid : quand il y avait un nouveau besoin, de nouvelles envies… on a créé de nouveaux métiers dans de nouveaux secteurs. Avec une réactivité qui ne dépend que de la personne qui porte le projet. Si bien que l’envie d’entreprendre est aujourd’hui très présente dans la jeune génération. Beaucoup plus qu’il y a 20 ou 30 ans, les jeunes pensent s’essayer à la création d’entreprise un jour, et le plus simple c’est d’y entrer par l’artisanat.

Quels nouveaux métiers par exemple ?

On en trouve énormément autour de la mobilité, du vélo, du VAE… La réparation par exemple. Mais aussi le recyclage de matériaux.

Qui sont les publics visés par la Semaine nationale de l’artisanat (SNA)?

Le premier intérêt, c’est de focaliser sur l’artisanat durant une semaine, qu’on le remette au centre de l’attention des Français. On veut toucher toutes les cibles : les jeunes, les enfants, ceux qui sont en recherche d’orientation, les futurs créateurs, les salariés, les clients… Il y aura des évènements pour découvrir les métiers, et des évènements plutôt à destination des artisans : comme un large panel de webinaires gratuits. On enregistre déjà entre 500 et 700 inscriptions.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

Journal du 02 juin 2022

Journal du02 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?