AccueilActualitésProspective 2022 / Vincent Gaud : "Recrutement et mobilités, deux gros chantiers pour l’artisanat"

Prospective 2022 / Vincent Gaud : "Recrutement et mobilités, deux gros chantiers pour l’artisanat"

Vincent Gaud, nouveau président de la CMA, prend la mesure de sa nouvelle fonction à la chambre régionale et s'apprête à affronter deux problématiques cruciales parmi d'autres pour les artisans : le recrutement et les mobilités.
Prospective 2022 / Vincent Gaud : "Recrutement et mobilités, deux gros chantiers pour l’artisanat"

Actualités Publié le ,

Vous avez été élu à la présidence il y a quelques semaines, quels seront vos premiers dossiers de 2022 ?

Passer d’une chambre à 40 personnes dans l’Ain, à 700 personnes, cela prend déjà quelques temps pour acquérir ses repères. A mi-mars au plus tard, il nous faudra présenter notre plan de mandature. Mais il faut vite se mettre au travail sur les problèmes des entreprises artisanales, à commencer par le recrutement.

Le covid a accéléré les choses, nous avons un problème sociétal où les salariés quittent les entreprises, se lancent dans des reconversions, ou d’autres développent des problèmes psychologiques et familiaux. Il faut faire face avec des formations plus courtes, plus rapides, mieux adaptées à chacun des métiers de l’artisanat.

Par ailleurs, les salaires ne pourront pas augmenter indéfiniment alors que les charges patronales ont pris 7 à 9%, on assiste à un mercato des salariés ! Pour recruter il faut regarder du côté des personnes aux RSA, développer leur savoir être et des formations simples, pour les métiers les plus en tension.

Pour redorer l’image des artisans et leur venir en aide, nous allons réfléchir à une école du dirigeant d’entreprise artisanale, qui verrait le jour en Auvergne-Rhône-Alpes.

Se posent aussi les nouveaux problèmes de mobilité, ils se limitent aux Métropoles, cela ne concerne pas la majorité des territoires ?

Les problèmes de véhicules non admis dans les ZFE se posent dès 2022-23 dans les métropoles, mais c’est un mouvement d’ensemble qui touchera forcément les zones urbaines plus petites et les territoires ruraux. Nous établissons un grand diagnostic en ligne parmi les 210 000 artisans de la région. Les véhicules diésel vont devoir disparaître de la circulation.

Il faut aider les artisans soit à faire les investissements soit à modifier un peu le modèle économique, avec des consultations en lignes avec les clients, des petits véhicules électriques quand c’est possible ; etc. Les grosses entreprises de bâtiment notamment, et les PME font déjà les investissements, mais les petits auront des difficultés. Un véhicule d’artisan connaît une durée de vie de 8 ans et demi en moyenne.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 11 août 2022

Journal du11 août 2022

Journal du 04 août 2022

Journal du04 août 2022

Journal du 28 juillet 2022

Journal du28 juillet 2022

Journal du 21 juillet 2022

Journal du21 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?